Show simple document record

dc.contributor.advisorPoulin, Pierrefr
dc.contributor.authorBédard, Marie-Pierfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:03:33Z
dc.date.available2015-07-21T20:03:33Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7025
dc.description.abstractLe phénomène de la dévitalisation est bien connu de plusieurs municipalités québécoises. En tout, il existe actuellement 152 municipalités dévitalisées dans les régions de la belle province de Québec. L’objectif général du présent travail est de proposer une série de recommandations pour freiner la dévitalisation de ces communautés québécoises et favoriser leur prospérité, par des projets et une vision en développement durable. Cette perspective sous-tend une harmonisation des dimensions économique, environnementale et sociale des municipalités rurales. Ce phénomène est caractérisé, notamment, par un exode et un vieillissement de la population, une perte graduelle des services de proximité, un taux de chômage plus élevé qu’ailleurs et une diminution du sentiment d’appartenance de la communauté. Ainsi, lorsqu’on dresse un portrait global des municipalités dévitalisées québécoises, on constate un clivage réel entre leur situation socio-économique et celle du reste de la province. Le gouvernement québécois a mis sur pied des programmes ainsi qu’un groupe de travail pour aider ces communautés à s’en sortir. Également, il existe des mesures instaurées dans plusieurs municipalités visant l’accès à la propriété, l’aide à la famille, l’accueil, l’intégration, l’information et l’aide à l’établissement des nouveaux arrivants. Il ressort des expériences passées que ces mesures et programmes sont souvent insuffisants. Ainsi, une implication des leaders locaux, une mobilisation et une prise en charge de la population sont nécessaires pour sortir les municipalités dévitalisées de leur cycle de dévitalisation. En effet, les programmes gouvernementaux et les mesures instaurées ne remplacent pas cette implication du milieu; ils ne viennent que supporter cette démarche. Plusieurs exemples vécus au Québec et certains présentés dans le cadre de cet essai illustrent d’ailleurs cette réalité. Finalement, il a été montré que divers projets de revitalisation mobilisateurs et rassembleurs ayant intégré les sphères du développement durable ont permis aux municipalités de s’en sortir. Les résultats de l’analyse ont permis d’élaborer une série de recommandations. Parmi ces recommandations, certains éléments apparaissent incontournables : l’implication des leaders locaux, la concertation et la coopération provenant notamment de la population, le respect des spécificités des régions, la cohérence et le caractère intégré des interventions effectuées. Il est à espérer que ces recommandations se concrétiseront un jour, car des mesures instaurées sur la base du développement durable ont des aspects d’innovation et de durabilité qui permettraient à un grand nombre de municipalités du Québec de se sortir de leur cercle de dévitalisation.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie-Pier Bédardfr
dc.subjectDévitalisationfr
dc.subjectMunicipalités dévitaliséesfr
dc.subjectRégionsfr
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectLeaders locauxfr
dc.subjectCommunautésfr
dc.subjectGouvernement québécoisfr
dc.subjectMobilisationfr
dc.subjectPrise en chargefr
dc.titleContrer la dévitalisation en région par des projets en développement durablefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record