Show simple document record

dc.contributor.advisorOrtiz Quijano, Maria Del Rosariofr
dc.contributor.authorAtouk, Sarafr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:03:21Z
dc.date.available2015-07-21T20:03:21Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7006
dc.description.abstractLe Maroc dispose d’un excellent potentiel en énergies renouvelables, notamment en énergie solaire et éolienne. Pour ne plus être pénalisé par les grosses factures pétrolières, le pays a décidé de changer sa politique énergétique en développant une stratégie à deux voies. D’une part, le pays encourage la production locale de combustibles fossiles par l’exploration du pétrole de gisements en eau profonde et d’autre part, il s’oriente vers l’accroissement de la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. L’objectif de cet essai est de déterminer les différents impacts des énergies renouvelables sur les quatre dimensions du développement durable, soit les impacts environnementaux, sociaux, économiques et sur la gouvernance. Ainsi, on a déterminé comment le développement des énergies renouvelables au Maroc peut améliorer l’économie nationale et contribuer à l’élimination de la dépendance des populations rurales pauvres au bois de feu afin d’améliorer leurs conditions de vie et d’atténuer leur vulnérabilité par rapport aux changements climatiques. Les conclusions de l’étude démontrent que le Maroc est sur la bonne voie avec son orientation vers les énergies renouvelables et son adoption de la nouvelle stratégie du mix énergétique. En effet, la mise en place de projets d’énergies renouvelables présente des impacts environnementaux et économiques très attrayants. Les impacts sociaux sont considérables, notamment par rapport à l’inclusion sociale des populations rurales locales en permettant à ces dernières de ne plus être isolées. Malgré ses avantages, la mise en place des projets d’énergies renouvelables n’a aucun impact sur l’utilisation du bois de feu. En d’autres mots, la mise en place des projets d’énergies renouvelables n’assure pas totalement la sécurité énergétique des populations rurales pauvres et les rend ainsi vulnérables aux changements climatiques. Pour pallier ce problème, quelques recommandations ont été élaborées. Parmi les principales recommandations, on note la mise en place de panneaux et de microcentrales photovoltaïque dans les villages se situant dans des zones à forte déforestation afin d’éliminer progressivement l’utilisation du bois de feu. On recommande également le transfert des subventions dédiées au gaz vers la production d’électricité.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Sara Atoukfr
dc.subjectMarocfr
dc.subjectÉnergies renouvelablesfr
dc.subjectPopulation rurale pauvrefr
dc.subjectBois de feufr
dc.subjectVulnérabilitéfr
dc.subjectDéforestation et changements climatiquesfr
dc.titleLes énergies renouvelables et les populations rurales pauvres : le cas du Marocfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record