Show simple document record

dc.contributor.advisorHe, Jie
dc.contributor.authorFetue Ndefo, Franckfr
dc.date.accessioned2015-07-13T20:11:32Z
dc.date.available2015-07-13T20:11:32Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-07-13
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6982
dc.description.abstractCette étude utilise une méthode de préférences déclarées afin de donner une valeur économique à l’amélioration de différents attributs des milieux aquatiques du Grand Montréal. L’évaluation porte sur sept attributs liés aux écosystèmes aquatiques des sites étudiés. Il s’agit de la biodiversité, de la qualité de l’eau, du stockage du carbone, des activités récréatives, de la qualité du paysage, de la superficie restaurée et de la sensibilisation et mobilisation des populations locales. L’analyse permet de calculer la valeur monétaire qu’un ménage serait disposé à verser sous forme de don pour chaque unité d’attributs. Ces valeurs marginales sont comprises entre 0.009 $ et plus de 24 $ par ménage et par unité supplémentaire d’attribut. Ainsi, nous arrivons, sous certaines hypothèses, à déterminer les valeurs monétaires que l’ensemble des ménages québécois accordent à l’amélioration de chacun de ces biens et services écosystémiques de la Trame Bleue du Grand Montréal. Le contexte de l’étude nous permet également de contribuer à la recherche sur le biais hypothétique. Nous mettons en œuvre dans le cadre de l’enquête différents traitements qui nous permettent dans un premier temps de mettre en évidence l’existence d’un biais hypothétique positif, et dans un second temps de tester la capacité de la notion de conséquence, appliquée à un contexte hypothétique, à réduire le biais hypothétique. L’enquête de terrain nous permet de corroborer certains résultats de la littérature scientifique obtenus en laboratoire. Le biais hypothétique semble résulter d’un manque de conséquence financière et politique des études d’évaluation, mais aussi des caractéristiques individuelles des répondants. Ces caractéristiques individuelles ont un impact certain sur la manière dont les individus appréhendent les deux dimensions de la notion de conséquence. Ce dernier constat soulève la question de l’opérationnalité de la notion de conséquence pour réduire le biais hypothétique lors d’études d’évaluations économiques de biens environnementaux.  fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Franck Steve Fetue Ndefofr
dc.subjectÉvaluation économiquefr
dc.subjectBiais hypothétiquefr
dc.subjectConséquencefr
dc.subjectPréférences déclaréesfr
dc.subjectMilieux aquatiquesfr
dc.titleBiais hypothétique et notion de conséquence : le cas de l’évaluation économique du réseau hydrographique du grand Montréalfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineÉconomiquefr
tme.degree.grantorFaculté d'administrationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record