Show simple document record

dc.contributor.advisorBourgault, Patricia
dc.contributor.advisorLafrenaye, Sylvie
dc.contributor.advisorPotvin, Stéphane
dc.contributor.authorPaul-Savoie, Émiliefr
dc.date.accessioned2015-07-08T16:30:19Z
dc.date.available2015-07-08T16:30:19Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-07-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6974
dc.description.abstractIl est suggéré que l’utilisation d’une approche centrée sur le patient (ACP) entraine des résultats optimaux dans la prise en charge de la douleur chronique, mais les soignants semblent l’utiliser de manière insuffisante. Le degré d’utilisation de cette approche serait influencé par des facteurs liés aux soignants, mais peu d’études se sont intéressées tout particulièrement au rôle de l’empathie et de la santé mentale de ce dernier. L’objectif principal de la présente thèse consiste à explorer l’influence de ces facteurs sur le type d’approche préconisée par les infirmières et les médecins dans un contexte de douleur chronique. Un devis descriptif-corrélationnel a été retenu pour mener cette étude, où 21 infirmières et 21 médecins ayant des patients atteints de douleur chronique dans leur clientèle ont été recrutés. Les participants ont visionné cinq vidéos de patientes réelles atteintes de douleur chronique et ont expliqué la prise en charge qu’ils leur offriraient. À la suite de ces explications, le type d’approche et l’empathie des participants ont été évalués à l’aide de deux grilles d’observation. Les participants ont également rempli des questionnaires afin d’évaluer les variables suivantes : i) type d’approche préconisée; ii) empathie; iii) bien-être psychologique; iv) détresse psychologique et v) épuisement professionnel. Les résultats des grilles d’observation ont démontré que les participants utilisaient davantage une ACP lorsqu’ils étaient plus empathiques (r=0,90; p<0,01). Les données des questionnaires ont également révélé que les soignants plus empathiques utilisaient davantage une ACP (r=0,58; p<0,01) et qu’ils avaient des niveaux plus faibles d’épuisement professionnel (r=-0,36; p=0,03). En somme, les résultats démontrent l’existence de relations entre l’ACP et ces variables personnelles qui caractérisent le soignant. Ceci soutient l’importance de développer des formations et des outils dans le but ultime d’améliorer l’utilisation de l’ACP afin d’offrir une prise en charge optimale de la douleur chronique, de prévenir l’avènement de l’épuisement professionnel chez les soignants et favoriser l’empathie.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Emilie Paul-Savoiefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.5/ca/*
dc.subjectDouleur chroniquefr
dc.subjectApproche centrée sur le patientfr
dc.subjectEmpathiefr
dc.subjectSanté mentalefr
dc.subjectBien-être psychologiquefr
dc.subjectDétresse psychologiquefr
dc.subjectÉpuisement professionnelfr
dc.titleIdentification des caractéristiques des soignants liées à l'utilisation d'une approche centrée sur le patient dans un contexte de douleur chroniquefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Emilie Paul-Savoie
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Emilie Paul-Savoie