Show simple document record

dc.contributor.advisorMukamurera, Joséphine
dc.contributor.advisorJutras, France
dc.contributor.authorNiyubahwe, Alinefr
dc.date.accessioned2015-07-08T16:12:00Z
dc.date.available2015-07-08T16:12:00Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-07-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6972
dc.description.abstractDepuis que le gouvernement du Québec a assoupli les conditions d’accès à la profession enseignante, les enseignantes et enseignants immigrants formés à l’extérieur du Canada accèdent à la profession enseignante (MELS, 2010) sous certaines conditions. Ils intègrent à la fois une nouvelle société, un nouveau marché du travail, un nouveau système d’enseignement et un nouvel environnement scolaire et culturel. En plus des adaptations nécessaires, leur insertion se fait dans un contexte difficile marqué par la précarité d’emploi et la complexification du travail enseignant. Mukamurera et Balleux (2013) soulignent d’ailleurs que ces difficultés entraînent, chez beaucoup d’enseignantes et enseignants, une remise en question de la carrière, voire l’abandon de la profession. Or, aucune recherche empirique n’a encore porté sur la situation spécifique du personnel enseignant immigrant au Québec. Selon les recherches faites au Canada et ailleurs en Occident, elles ou ils peuvent faire face à des défis et difficultés spécifiques. Afin de décrire et comprendre leur expérience d’insertion professionnelle, des entrevues semi-dirigées menées auprès de 13 enseignantes et enseignants de migration récente (EMR) des régions de Montréal et de Sherbrooke ont permis de rédiger des récits d’expérience, puis une analyse transversale a été effectuée. Les résultats montrent que les EMR font face, à des degrés différents, à plusieurs défis et difficultés d’insertion professionnelle. Dès leur arrivée au Québec, elles ou ils font face à des défis d’adaptation au nouvel environnement socioculturel et à des difficultés d’intégrer la profession enseignante. Lorsqu’elles ou ils trouvent du travail, leur intégration dans l’équipe-école et leur adaptation à une nouvelle culture organisationnelle, professionnelle et pédagogique comportent de nombreux défis. Le processus d’adaptation des EMR au rôle professionnel s’avère pénible, parsemé de ruptures, de remises en question et de nouveaux apprentissages. Leurs qualités personnelles, le soutien et la collaboration de l’équipe-école constituent des facteurs favorables.fr
dc.language.isofrefr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Aline Niyubahwefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectEnseignant de migration récentefr
dc.subjectEnseignant immigrantfr
dc.subjectInsertion des enseignants immigrantsfr
dc.subjectInsertion professionnellefr
dc.subjectTransition professionnellefr
dc.subjectAdaptation au rôle professionnelfr
dc.subjectPersonnel enseignant immigrantfr
dc.subjectAcculturationfr
dc.titleL'expérience d'insertion professionnelle des enseignantes et enseignants de migration récente au Québecfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePédagogiefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Aline Niyubahwe
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Aline Niyubahwe