Show simple document record

dc.contributor.advisorTanguay, Stéphane
dc.contributor.authorMarie-Louise-Henriette, Kévinfr
dc.date.accessioned2015-07-07T14:54:33Z
dc.date.available2015-07-07T14:54:33Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-07-07
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6962
dc.description.abstractL’objectif général de cet essai est d’analyser les possibilités de restauration écologique (processus visant à assister le rétablissement d’un écosystème dégradé) au sein d’installations françaises de stockage de déchets, pendant ou après leur phase d’exploitation. Dans cette optique, une méthodologie déclinée en dix étapes et modulable en fonction des types de projets est proposée. Plusieurs exemples de démarches de restauration écologique entreprises sur des exploitations industrielles sont ensuite présentés, de même que l’analyse de leurs limites et de leurs possibilités de transposition au sein d’installations de stockage de déchets. L’analyse proposée par le présent essai souligne que, si certains projets de restauration de grande envergure commencent à voir le jour au sein de sites industriels relevant d’autres domaines d’activité (barrages hydrauliques, exploitations agricoles, etc.), le sujet semble encore balbutiant auprès de l’activité de stockage de déchets. Parmi les recommandations, il serait donc nécessaire d’acquérir davantage de connaissances sur le sujet, puis de communiquer efficacement, notamment en proposant l’intégration de telles mesures dès la conception des installations de stockage de déchets. Certains exploitants semblent effectivement très motivés en matière de biodiversité et manquent tout simplement d’information et d’accompagnement pour pouvoir appliquer ce type de mesures sur leur site. La restauration écologique au sein d’installations de stockage de déchets pendant et après la période d’exploitation semble envisageable, bien qu’encore compliquée. Les exploitants ont besoin de se baser sur des méthodes fiables, efficaces et peu onéreuses, ce qui n’est parfois pas le cas de cette science encore trop jeune. Les contraintes techniques relatives à l’exploitation d’un site sont omniprésentes et limitent les marges de manœuvre en matière de restauration et de gestion écologiques. Il demeure impossible d’envisager d’importants travaux (reconstitution de milieux boisés, recréation de zones humides, mares ou cours d’eau, etc.) sur d’anciennes zones d’exploitation par risque d’endommager les membranes de protection et donc d’engendrer une pollution significative du milieu naturel. La restauration de formations végétales rases (steppes, garrigues, landes, etc.) avec introduction d’un système de pastoralisme peut, néanmoins, être envisageable et pertinente à entreprendre au sein d’installations de stockage de déchets dont la situation régionale le permet.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Kevin Marie-Louise-Henriettefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectPréservation de la biodiversitéfr
dc.subjectGénie écologiquefr
dc.subjectRestauration écologiquefr
dc.subjectImpacts environnementauxfr
dc.subjectSite industrielfr
dc.subjectInstallation de stockage de déchetsfr
dc.titleEnjeux et modalités de restauration écologique sur des sites industriels à forts impacts environnementaux : le cas des installations de stockage de déchets en Francefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.grantotherUniversité de Montpellierfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Kevin Marie-Louise-Henriette
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Kevin Marie-Louise-Henriette