Show simple document record

dc.contributor.advisorOlivier, Marc-J.
dc.contributor.authorLongpré, Émiliefr
dc.date.accessioned2015-06-16T20:08:37Z
dc.date.available2015-06-16T20:08:37Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-06-16
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6919
dc.description.abstractLa Politique québécoise de gestion des matières résiduelles adoptée en 2011 stipule que tous doivent contribuer à la gestion des matières résiduelles. Tous les secteurs générant des matières résiduelles sont concernés, du citoyen à la grande entreprise. Ce n’est pas parce qu’une personne réside dans un multilogement qu’elle ne doit pas être sensibilisée à une bonne gestion des matières résiduelles. Or, le taux de détournement des matières résiduelles est généralement plus faible dans ce type de logement. C’est pourquoi le sujet de cet essai est l’amélioration de la gestion des matières résiduelles dans les multilogements. Les différents problèmes rencontrés dans les multilogements sont le niveau de participation et la perception des locataires, des concierges et des propriétaires, la sensibilisation et les outils de tri offerts aux locataires, les techniques et opérations de collecte, le mode de gestion des matières résiduelles et le manque d’espace. La gestion des matières résiduelles de quatre villes est étudiée : Sherbrooke, Gatineau, Victoriaville et Trois-Rivières. Les résultats obtenus sont un taux de détournement des matières résiduelles de l’enfouissement élevé pour Sherbrooke (55 %) et Victoriaville (54 %), moyen pour Gatineau (45 %) et faible pour Trois-Rivières (25 %). Les résultats sont nettement plus élevés pour les trois villes ayant implanté une collecte des matières organiques putrescibles. Les différentes recommandations sont, entre autres de modifier la réglementation provinciale et municipale pour stimuler le tri des matières résiduelles, d’effectuer la sensibilisation des citoyens à tous les paliers (provincial, municipal, multilogement), d’implanter progressivement la collecte des matières organiques putrescibles dans tous les types de logements de la ville. Pour atteindre les objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles et les dépasser, la participation de tous les acteurs est essentielle. Pour les citoyens, il s’agit de modifier quelques habitudes de vie. Avec le temps, même le tri des matières organiques putrescibles deviendra automatique, comme cela s’est produit avec le tri des matières recyclables.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Emilie Longpréfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectMultilogementfr
dc.subjectRecyclagefr
dc.subjectCollectefr
dc.subjectTrifr
dc.subjectMatières recyclablesfr
dc.subjectMatières organiques prutesciblesfr
dc.subjectRésidus ultimesfr
dc.subjectDétournementfr
dc.titleAmélioration de la gestion des matières résiduelles dans les multilogementsfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Emilie Longpré
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Emilie Longpré