Show simple document record

dc.contributor.advisorCharles, Sébastien
dc.contributor.authorLaberge, Jean Sébastienfr
dc.date.accessioned2015-04-16T15:47:40Z
dc.date.available2015-04-16T15:47:40Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-04-16
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6736
dc.description.abstractNotre contribution présente les éléments caractéristiques de l’interprétation deleuzienne de la métaphysique de Baruch Spinoza effectuée dans Spinoza et le problème de l'expression et montre quels prolongements elle trouve dans les travaux suivants de Gilles Deleuze que sont Différence et répétition et Logique du sens. Pour bien comprendre le contexte et la particularité de l’interprétation deleuzienne du spinozisme, nous nous intéressons dans un premier temps à l'interprétation qu'en a offerte Martial Gueroult à la même époque dans Spinoza. I, Dieu (Éthique I). Nous accordons alors une attention particulière à sa lecture des premières propositions de l'Éthique et ainsi à sa thèse de l'existence d'une infinité de substances-attribut réellement distinctes et constitutives d'une Substance absolument infinie, c'est-à-dire Dieu ou l'ens realissimum. Nous nous attardons ensuite à la lecture expressionniste de Deleuze qui aborde directement le problème de l’unité de la substance et de la diversité des attributs en posant la question du type de distinction qui s'applique à l'absolu, question qui est au centre de la problématique de la relation de l'un et du multiple. Pour Deleuze, c'est l'univocité des attributs qui permet d’expliquer l’unité de la diversité des attributs dans la Substance de telle sorte que pour ce dernier, comme pour Gueroult, Dieu est unité d'un divers. Finalement, nous considérons que Deleuze s’approprie le maillage conceptuel qu’il dégage de l’expressionnisme de Spinoza et qu'il s’engage dans un travail de perfectionnement de celui-ci qui constitue selon nous une quête de l’univocité qui le mène au fondement d’une véritable ontologie univoque. Cette réappropriation qui passe par un aplanissement du spinozisme implique des déplacements que nous proposons d’aborder à partir de trois éléments clefs de sa lecture de Spinoza, soit sa conceptualisation de l'essence de mode comme degré intrinsèque d’intensité, l’assimilation de la distinction réelle à une distinction formelle et, dans un cadre plus général, la conception génétique de Dieu présentée dans les premières propositions de l’Éthique. Dans chacun des cas, nous relions la lecture deleuzienne et les prolongements qu'elle trouve dans ses travaux avec l’interprétation que propose Gueroult dans le premier volume qu’il dédie à Spinoza. En définitive, c'est principalement deux aspects de la métaphysique deleuzienne qui sont traités, soit la multiplicité substantive et la synthèse disjonctive, en montrant comment la logique de la distinction, l’univocité de l’être ainsi que l’immanence de l’un et du multiple sont intimement interreliées par l’expressionnisme qui permet conséquemment d'aboutir à la fameuse formule pluralisme = monisme.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jean Sébastien Labergefr
dc.rightsAn error occurred on the license name.*
dc.rights.uriAn error occurred getting the license - uri.*
dc.subjectDeleuzefr
dc.subjectSpinozafr
dc.subjectGueroultfr
dc.subjectDieufr
dc.subjectExpressionnismefr
dc.subjectPluralismefr
dc.subjectSynthèse disjonctivefr
dc.subjectMultiplicité substantivefr
dc.subjectMonismefr
dc.titleLa quête de l'univocité Deleuzienne. De la quantité intensive à la multiplicité substantive, de la distinction réelle à la synthèse à la synthèse disjonctive.fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhilosophie et éthiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.grantotherUniversité Toulouse - Jean Jaurès; Universidade de Coimbrafr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record