Show simple document record

dc.contributor.advisorGuertin, Marc-André
dc.contributor.authorPoirier-Ghys, Genevièvefr
dc.date.accessioned2015-04-07T20:31:43Z
dc.date.available2015-04-07T20:31:43Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-04-07
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6731
dc.description.abstractAprès avoir passé des milliers d’années à chasser et cueillir en nature, nous vivons maintenant dans des maisons à l’abri des intempéries. Les boisés qui couvraient presque l’entièreté de la Montérégie-Est n’en couvrent plus qu’environ 30 % entrainant parfois des pertes irréversibles en termes de biodiversité. Les milieux naturels ont été transformés et les humains se sont progressivement distancés de la nature. Conséquemment, les individus perçoivent plus difficilement les impacts de la dégradation des écosystèmes sur leur propre vie et ils sont moins enclins à poser des gestes pour leur protection. Pour contrer ces tendances, certains prônent de reconnaître la valeur des biens et des services que procurent les écosystèmes. L’objectif de cet essai est d’identifier comment communiquer les biens et services écologiques. L’essai démontre qu’en attribuant une valeur aux services que rendent les écosystèmes et en déterminant l’impact de transformations du territoire, les biens et services écologiques utilisent une approche positive et un vocabulaire qui permettent de rejoindre de nouveaux publics tels que les décideurs et les entrepreneurs. De plus, les théories des communications environnementales et de la psychologie de la conservation ont été utilisées pour déterminer comment communiquer les biens et services écologiques. La conclusion de cet essai est que la communication des biens et services écologiques doit viser une prise de conscience de l’importance des écosystèmes et le développement d’une relation plus étroite avec la nature afin de favoriser la protection des milieux naturels. Il importe également de motiver la population à voir en la protection des milieux naturels une opportunité de contribuer à leur bien-être actuel et futur ainsi qu’à celui des collectivités. De plus, la communication des services écologiques doit cibler les acteurs du territoire puisque ce sont eux qui ont une influence réelle sur la présence et la qualité des écosystèmes. Cet essai a permis d’établir le potentiel des communications des biens et services écologiques. Or, il serait important de documenter les communications des biens et services écologiques actuelles et futures pour pouvoir évaluer leurs retombées. Il est aussi important de rappeler que la communication n’est qu’une des mesures pour voir à la protection des milieux naturels d’un territoire.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Geneviève Poirier-Ghysfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectBiens et services écologiquesfr
dc.subjectServices fournis par les écosystèmesfr
dc.subjectCommunicationfr
dc.subjectBiodiversitéfr
dc.subjectComportementfr
dc.subjectAménagement du territoirefr
dc.subjectNaturefr
dc.subjectBien-êtrefr
dc.titleRévéler l’importance de la nature : communication des biens et services fournis par les écosystèmesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Geneviève Poirier-Ghys
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Geneviève Poirier-Ghys