Show simple document record

dc.contributor.advisorLoslier, Julie
dc.contributor.advisorBreton, Mylaine
dc.contributor.authorRoy, Andréannefr
dc.date.accessioned2015-03-31T16:01:20Z
dc.date.available2015-03-31T16:01:20Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-03-31
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6728
dc.description.abstractIntroduction : Au Québec comme au Canada, de nombreux experts considèrent la prise en charge d’une clientèle en première ligne comme le cœur de la pratique de la médecine familiale. Pourtant, au Québec, les médecins de famille récemment en pratique consacrent en moyenne moins de temps à la prise en charge d’une clientèle que les plus expérimentés. Ceci est un enjeu dans le contexte actuel de pénurie d’effectifs médicaux en première ligne. L’objectif de l’étude est d’analyser les facteurs qui influencent les médecins de famille récemment en pratique à faire de la prise en charge d’une clientèle. Méthodologie : Un devis mixte séquentiel a été utilisé. En novembre 2013, une enquête fut menée via un questionnaire en ligne autoadministré auprès des médecins de famille détenant un poste (PREM) en Montérégie et ayant dix ans et moins de pratique. Ensuite, à l’hiver 2014, afin d’approfondir les principaux facteurs identifiés, dix entrevues individuelles en face à face ont été réalisées avec des médecins de famille ayant répondu au questionnaire et présentant des profils de prise en charge diversifiés. Résultats : Le taux de réponse a été de 32,2 % (n = 118) pour l’enquête et 44,3 % (n=39) des répondants se sont montrés intéressés aux entrevues. Les principaux facteurs facilitants à la prise en charge sont la relation médecin-patient, l’intérêt pour les activités cliniques de la prise en charge, les modèles de rôles positifs, la collaboration avec une infirmière et l’accès adéquat aux ressources, notamment en santé mentale. Les principales barrières sont les tâches administratives, l’intérêt pour une pratique polyvalente, l’expérience négative de la prise en charge lors de la formation, l’absence de sentiment de compétence en prise en charge, la lourdeur de la clientèle et le manque de support en début de pratique. Conclusion : Près d’un répondant sur trois consacrait moins de 25 % de leur temps à faire de la prise en charge. Des pistes de solutions sont donc proposées afin de rendre la prise en charge plus attrayante pour les médecins de famille récemment en pratique.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Andréanne Royfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectMédecine familialefr
dc.subjectRécemment en pratiquefr
dc.subjectPremière lignefr
dc.subjectChoix de carrièrefr
dc.subjectProfil de pratiquefr
dc.subjectContinuité de soinsfr
dc.subjectAffiliationfr
dc.subjectPrise en chargefr
dc.titleLa prise en charge d’une clientèle : comprendre les facteurs facilitants et les barrières des médecins de famille ayant récemment amorcé leur pratiquefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Andréanne Roy
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Andréanne Roy