Show simple document record

dc.contributor.advisorRichter, Martinfr
dc.contributor.authorBeaulieu, Alexandrefr
dc.date.accessioned2015-03-09T15:13:11Z
dc.date.available2015-03-09T15:13:11Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6666
dc.description.abstractLe virus de l’influenza infecte chaque année des millions d'humains ce qui a des impacts pour l’économie et entraîne le décès de nombreux individus. Le virus possède une grande capacité d'adaptation ce qui lui permet de revenir à chaque année sous forme de grippe saisonnière et occasionnellement de causer des pandémies dévastatrices. Cette capacité mutagène du virus est également la cause de résistance aux traitements pharmacologiques disponibles et encourage la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques. L'activation de l’hémagglutinine du virus est une des cibles potentielles puisqu’elle permet la fusion de la protéine avec la membrane endosomale de l’hôte. La capacité de cliver l’hémagglutinine virale de certaines enzymes membres du groupe des protéases à sérine transmembranaires de type II (TTSP), particulièrement de la matriptase, a été explorée. Les résultats obtenus démontrent que la matriptase et plusieurs autres enzymes du groupe des TTSP sont exprimées dans l'épithélium bronchique humain. La matriptase et d'autres TTSP peuvent cliver des peptides correspondant aux séquences de clivage de l’hémagglutinine des virus de l’influenza présentement en circulation. Également, la matriptase clive de façon efficace des peptides correspondant aux séquences de clivage de l’hémagglutinine de virus de l’influenza aviaires hautement pathogéniques. En plus d'être efficace in vitro, l’enzyme possède aussi la capacité de cliver et d'activer de façon protéolytique l’hémagglutinine de virus H1N1 mais pas celle de virus H3N2 dans des modèles cellulaires d'épithélium bronchique. La microscopie confocale a également montré la colocalisation du virus de l’influenza avec la matriptase dans les endosomes lors de l’entrée du virus dans la cellule. L'utilisation de la technique d'ARN interférents contre la matriptase dans un modèle cellulaire a permis de réduire la réplication d'un virus H1N1 par 1,5 log. Le fort potentiel thérapeutique des inhibiteurs de protéases dans le traitement de l’influenza a aussi été démontré par l’utilisation de deux inhibiteurs sélectifs de la matriptase dans des modèles cellulaires d’infection. L'utilisation de l’inhibiteur IN-1 a permis de réduire de 50% la réplication d'un virus H1N1 à une concentration de 5,6 ?M. L'étude démontre donc que la matriptase est importante à la réplication des virus du sous-type HINI et que son inhibition permet une réduction significative de la charge virale ce qui ouvre la porte à de nouvelles possibilités de thérapies pour les cas sévères d'influenza.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Alexandre Beaulieufr
dc.subjectTTSPfr
dc.subjectHémagglutininefr
dc.subjectMatriptasefr
dc.subjectInfluenzafr
dc.titleÉtude du clivage de l'hémagglutinine de l'influenza par la matriptasefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePharmacologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaitrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record