Show simple document record

dc.contributor.advisorBélisle, Denisfr
dc.contributor.authorClin-Gordon, Marie-Chantalfr
dc.date.accessioned2015-02-23T22:34:51Z
dc.date.available2015-02-23T22:34:51Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6498
dc.description.abstractLa présente recherche a pour but d'optimiser l'avaglyphe, un outil d'interprétation gestuelle pour des Sourds. Dans un premier temps, l'avaglyphe est conçu pour permettre aux personnes sourdes un accès à des documents, sur des supports transportables et dans leur langue. Deuxièmement, cet outil s'avère un moyen à privilégier aux fins de recherches ultérieures. L'avaglyphe permet l'accessibilité à de l'information, à des connaissances diversifiées qui permettront le développement de l'autonomie des Sourds (1). En effet, l'isolement et le manque de communication empêchent les Sourds d'être informés au même titre que les personnes entendantes et par conséquent, de participer pleinement à la vie de société. L'avaglyphe est disponible sur des supports qui permettent la diffusion d'information et la transmisson de divers messages. L'avaglyphe est un médium : un interprète revêt ses traits et rend un message en langue des signes sans qu'on ne puisse l'identifier soit, sans caractéristiques personnalisantes. Des interprètes différents peuvent le revêtir sans qu'on ne perçoive de changements en suivant des normes préétablies dans cette étude. Des recherches antérieures ont étudié les aspects linguistiques et la compréhension du discours avec l'avaglyphe ainsi que les processus impliqués dans l'acte d'interpréter en langue des signes. Cette recherche s'attarde à la création de gabarits pouvant être utilisés par différents interprètes. Les résultats de la recherche démontrent que l'avaglyphe a une apparence humaine, qu'il est anonyme, fidèle et uniforme grâce aux gabarits. Par contre, seul le visage de l'avaglyphe est analysé. Des commentaires permettent de signaler que les avant-bras de l'avaglyphe devront être ajustés aux différentes caractéristiques physiques des interprètes. Il est essentiel de poursuivre les recherches pour contribuer au développement d'outil, qui peut permettre une meilleure intégration d'une communauté isolée, dans la société actuelle." (1) Woodward (1972) a suscité un consensus autour de l'emploi du substantif "Sourd", avec un S majuscule, pour désigner les personnes dont la langue des signes constitue un fondement culturel. Le substantif "sourd", avec un "s" minuscule, est utilisé en référence aux aspects physiologiques de la surdité.fr
dc.language.isofrfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie-Chantal Clin-Gordonfr
dc.subjectAvaglyphefr
dc.subjectInterprétation gestuellefr
dc.subjectSourdsfr
dc.subjectAutonomiefr
dc.titleInterprétation gestuelle normale, anonyme, fidèle et uniformefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineCommunicationfr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record