Show simple document record

dc.contributor.advisorRoy, Francinefr
dc.contributor.authorBergeron, Stéphaniefr
dc.date.accessioned2015-02-23T22:28:49Z
dc.date.available2015-02-23T22:28:49Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6440
dc.description.abstractSelon la documentation, le vieillissement de la population québécoise est un phénomène démographique très présent qui complexifie le renouvellement de la main-d'oeuvre, notamment dans le domaine de la santé. De plus, puisque le remplacement d'un employé est coûteux, retenir le personnel est actuellement un enjeu préoccupant pour les organisations. Pour répondre à cet enjeu, la documentation suggère de regarder ce qui se passe sur le plan de la relation entre un subordonné et son supérieur immédiat. L'alliance de travail concept provenant de la psychologie permet d'étudier cette relation supérieur-subordonné, au-delà des aspects fonctionnels, c'est-à-dire la nature même de cette relation unissant le supérieur immédiat à ses employés. Par ailleurs, puisque l'intention de quitter est le meilleur prédicteur des départs effectifs du personnel, cette mesure s'avère pertinente pour mesurer l'impact de la qualité de cette relation. Ainsi, l'objectif de cette recherche est de mesurer l'effet de la qualité de l'alliance de travail entre un supérieur immédiat et un subordonné sur ses intentions de quitter l'organisation ou son poste pour un autre au sein de celle-ci. De plus, puisqu'actuellement, quatre générations différentes constituent le marché de l'emploi, il peut être envisageable de considérer les caractéristiques distinctives de chacune d'elle comme pouvant influencer ce lien. Dans cette étude, 385 employés du secteur de la santé ont complété deux questionnaires. L'un est une version du WAI, adaptée au contexte organisationnel de la relation supérieur-subordonné et portant sur la qualité de l'alliance de travail et l'autre mesure les intentions de quitter. Des analyses en composante principale, de régression multiple et linéaire ainsi que multivariées et univariés ont été réalisées. Les résultats révèlent que la qualité des trois facteurs de l'alliance de travail est liée négativement à l'intention de quitter l'organisation, alors que la qualité d'un facteur de l'alliance sur trois est liée négativement à l'intention de quitter son poste pour un autre à l'interne. L'effet de modération de la génération n'a pas été confirmé de façon concluante. Ainsi, une alliance de travail de qualité entre supérieur immédiat et subordonné est une clé pour agir sur la rétention du personnel. De façon pratique, les organisations ont donc avantage à investir du temps et des ressources organisationnelles pour agir sur la rétention en visant l'amélioration de la qualité de l'alliance de travail supérieur immédiat-subordonné de l'ensemble des employés. Cette étude propose un nouveau construit et un nouveau questionnaire pour comprendre la nature de la relation supérieur immédiat-subordonné, soit l'alliance de travail et ses trois dimensions.fr
dc.language.isofrfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Stéphanie Bergeronfr
dc.subjectGénérationfr
dc.subjectIntention de quitterfr
dc.subjectRelation supérieur immédiat-subordonnéfr
dc.subjectAlliance de travailfr
dc.titleL'effet de l'alliance de travail entre le superviseur immédiat et les subordonnés de différentes générations sur leur intention de quitterfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.nameD. Ps.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record