Show simple document record

dc.contributor.advisorConconi, Antoniofr
dc.contributor.authorZeledon, Carlosfr
dc.date.accessioned2015-02-23T19:32:19Z
dc.date.available2015-02-23T19:32:19Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.isbn9780499003119fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6373
dc.description.abstractDivers agents environnementaux peuvent causer des dommages à l’ADN qui, si non réparés, peuvent mener à des mutations et éventuellement le cancer. Des mécanismes de réparation sont donc nécessaires afin de maintenir l’intégrité du génome. Un de ces mécanismes est la réparation par excision de nucléotides (NER) qui va réparer des dommages qui causent une distorsion dans l’hélice d’ADN comme ceux formés par les rayons UV. La NER se divise en deux sous-voies : la réparation global du génome (GGNER), responsable de réparer l’ADN transcriptionnelement inactif ainsi que le brin nontranscrit de gènes actifs, et la réparation couplée à la transcription(TC-NER), responsable de réparer le brin transcrit de gènes actifs. La TC-NER ne diffère de la GG-NER que par la méthode de reconnaissance du dommage et va réparer les dommages plus rapidement que la GG-NER. Chez Saccharomyces cerevisiae, les gènes de l’ARN ribosomal peuvent exister en 2 états distinct dans la cellule, soit actifs et transcrits par l’ARN polymerase I ou soit inactifs et recouverts de nucléosomes. Des études ont démontré que suite à une irradiation aux UV, il y avait fermeture des gènes ribosomaux actifs et réouverture au fur et à mesure que les dommages sont réparés. De plus, il a été démontré, qu’après irradiation, il y avait une présence plus importante d’ARN polymerase I au début du gène qu’à la fin. Ces évidences suggèrent que la TC-NER va réparer les dommages au début du gène et que son influence va diminuer au fur et à mesure qu’on avance dans le gène. Ainsi, les travaux présentés dans ce mémoire vise à évaluer l’impact de la TC-NER sur la cinétique de réparation de l’ADN ribosomal. À cet effet, une série d'extension d’amorces ont été effectuées dans différentes régions du gène de l’ARN ribosmal 35S. Ces analyses ont montré que la réparation des dommages UV au début du gène est médiée par la TCNER alors que plus loin dans le gène, la réparation est médiée en plus grande partie par la GG-NER. De plus, l’analyse de la réparation dans la région terminatrice de la transcription a montré que la TC-NER s’arrête au site principal de terminaison T1 dans une souche WT. Alors que dans une souche ayant un défaut dans le terminaison de la transcription, rpal2A, la TC-NER arrête au site terminaison secondaire T2. Dans une autre souche déficiente dans la terminaison, nsi1[triangle], le TC-NER n’est pas détectable après le site T1, mais une réparation plus rapide est observée après le site T2. [symboles non conformes]fr
dc.language.isofrfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Carlos Zeledonfr
dc.subjectTerminaison de la transcriptionfr
dc.subjectADN ribosomalfr
dc.subjectTC-NERfr
dc.subjectUVfr
dc.titleTC-NER dans le gène de l'ARN ribosomal 35S chez Saccharomyces cerevisiaefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineMicrobiologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record