Show simple document record

dc.contributor.advisorGrandbois, Michelfr
dc.contributor.authorLamontagne-Carpin, Charles-Antoinefr
dc.date.accessioned2015-02-23T19:22:04Z
dc.date.available2015-02-23T19:22:04Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/6239
dc.description.abstractLe potentiel de motilité des cellules de l’organisme est d’une importance capitale pour plusieurs processus assurant son homéostasie. Toutefois, une perte de contrôle dans cette habilité peut entraîner des conséquences dramatiques, comme cela est observé chez les cellules malignes de différents cancers. Les glioblastomes démontrent une capacité d’invasion phénoménale qui explique en grande partie le faible pronostic associé à ces cancers du système nerveux central. Deux éléments, sur lesquels reposent cette particularité, ont attiré notre attention, soit l’interaction entre le récepteur d’adhésion CD44 et l’acide hyaluronique ainsi que les phénomènes de contraction du corps cellulaire. L’acide hyaluronique est un très grand polysaccharide fortement présent dans le cerveau et dont les tumeurs ont la propension d’en enrichir leur environnement. Parallèlement, son principal récepteur membranaire, le CD44, est surexprimé dans nombres de cancers et contribuerait de manière importante à l’invasion des glioblastomes. L’implication mécanique du CD44 dans le déplacement cellulaire, bien que suggéré par plusieurs études, doit toutefois être encore confirmée. La matrice extra-cellulaire de l’encéphale présente très peu d’espaces à travers lesquels les cellules malignes peuvent s’immiscer. Ces cellules doivent donc se déformer afin de pouvoir s’introduire dans des interstices souvent inférieurs au diamètre du corps cellulaire. Il a été démontré, que pour ce faire, le corps cellulaire est compressé par l’action de l’acto-myosine d’une manière dépendante de RocK. Nous avons voulu évaluer si la stabilité mécanique du couple HA/CD44 était capable d’assurer la transmission de forces de traction et s’il était possible d’observer, avec une haute résolution, les mouvements de contraction du corps cellulaire. Pour ce faire, nous avons employé des techniques innovatrices dérivées des nanosciences afin de sonder ces événements sur des cellules de glioblastomes en culture. Les résultats obtenus révèlent que le CD44 présente effectivement plusieurs caractéristiques similaires aux intégrines telles qu’une affinité pour son ligand qui est dépendante de son association au cytosquelette d’actine, un renforcement potentiel de son ancrage au réseau d’actine ainsi qu’une distribution déterminée à la surface de la cellule. Les expériences visant à investiguer les processus de contraction des glioblastomes ont permis l’observation de mouvements oscillatoires de quelques nanomètres seulement sur leur surface dorsale. Ces fluctuations sont attribuables à l’action de l’actomyosine et nécessite la présence fonctionnelle de RocK. De plus, une analyse fréquentielle a démontré une périodicité similaire aux cycles de protrusion et de rétraction qui avaient été observés sur le lamellipode de fibroblastes. Cette thèse présente en détail ces observations et décrit leurs implications en physiologie cellulaire.fr
dc.language.isofrfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Charles-Antoine Lamontagne-Carpinfr
dc.subjectMicroscopie à force atomiquefr
dc.subjectMyosinefr
dc.subjectFluctuations membranairesfr
dc.subjectAcide hyaluroniquefr
dc.subjectCD44fr
dc.titleÉtude de la stabilité mécanique du CD44 et des fluctuations membranaires de glioblastomes dans un contexte d'adhésion, de contraction et de motilité cellulairefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePharmacologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record