Show simple document record

dc.contributor.advisorCouture, Carolinefr
dc.contributor.authorPageau, Véroniquefr
dc.date.accessioned2014-05-14T14:21:07Z
dc.date.available2014-05-14T14:21:07Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/611
dc.description.abstractDans le domaine social, l'observation des pratiques professionnelles permet de constater qu'il y a peu de procédures systématiques et standardisées d'évaluation utilisées par les intervenants (Toupin, Pauzé et Déry, 2002). En 2002, le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) mentionnait qu'à partir de 2004, il proposerait un choix d'outils cliniques et une politique d'utilisation pour rendre obligatoire l'utilisation commune et systématique de certains outils d'évaluation pour les intervenants psychosociaux. Tous les professionnels psychosociaux oeuvrant auprès des jeunes et des familles en difficulté, doivent quotidiennement relever le défi d'évaluer la situation de ceux-ci, pour connaître leurs difficultés, leurs forces et leurs besoins. Les spécialistes d'intervention psychosociale constatent que malgré les recommandations des instances décisionnelles qui plaident en faveur de l'utilisation d'outils standardisés pour évaluer la clientèle, plusieurs intervenants sont ambivalents face à leur utilisation systématique. D'ailleurs, avant de statuer sur une politique d'utilisation commune d'outils d'évaluation standardisés, il apparaît important de se questionner sur l'impact positif réel d'une telle utilisation sur la qualité des services rendus à la population et sur la pratique des intervenants psychosociaux. La présente étude vise donc à débuter une réflexion en ce sens. Plus particulièrement, elle permet de décrire la correspondance existant entre les résultats d'une évaluation utilisant des outils standardisés et les objets d'intervention privilégiés par les intervenants psychosociaux oeuvrant dans le programme Crise-Ado-Famille-Enfance (CAFE). Les résultats de cette étude montrent que les problèmes identifiés au moment de l'évaluation initiale ont été abordés par les intervenants psychosociaux dans la plupart des suivis. Aussi, il ressort que les sujets que choisissent d'aborder les intervenants dans leurs rencontres de suivis sont généralement ceux qui avaient été identifiés problématiques par le protocole. De plus, les résultats indiquent que la majeure partie des capsules d'intervention animées par les intervenants psychosociaux, portent sur les thèmes identifiés comme problématiques au portrait synthèse. Toutefois, seulement deux thèmes sur neuf sont abordés dans plus de rencontres lorsque qu'ils sont identifiés problématiques par le protocole d'évaluation. Ainsi, lorsque l'on étudie la relation entre les résultats obtenus dans le cadre d'une évaluation standardisée et les interventions réalisées par les intervenants psychosociaux, on ne peut conclure que les intervenants se fient réellement aux resultats de l'evaluation pour adapters leurs interventions. Toutefois, on remarque que les cibles d'intervention privilégiées par les intervenants sont cohérentes avec les caractéristiques des jeunes et de leur famille identifiés comme problématiques. Nos recommandations et suggestions vont dans le sens de planifier une étude où l'on comparerait l'intervention de professionnels ayant accès à un portrait synthèse à l'intervention de professionnels n'ayant pas eu accès aux résultats à un tel protocole évaluatif. De plus, la réalisation d'une étude portant sur la relation entre l'utilisation de l'évaluation standardisée et l'atteinte des objectifs ou l'évolution du jeune et de sa famille serait intéressante pour statuer sur l'utilité d'une telle démarche. Finalement, une dernière suggestion pour une prochaine étude serait de vérifier si les intervenants qui utilisent les protocoles d'évaluation standardisés adaptent réellement leurs interventions en fonction des résultats ou si certains privilégient des thèmes selon leur intérêt professionnels ou selon un rituel thérapeutique.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Véronique Pageaufr
dc.titleRelation entre les résultats d'une évaluation psychosociale faite à l'aide d'outils d'évaluation standardisés et les interventions réalisées par des intervenants psychosociauxfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePsychoéducationfr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record