Show simple document record

dc.contributor.advisorAchim, Julie
dc.contributor.advisorTerradas Carrandi, Miguel
dc.contributor.authorChabot, Alexandrefr
dc.date.accessioned2014-09-24T14:41:07Z
dc.date.available2014-09-24T14:41:07Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014-09-24
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5875
dc.description.abstractLes enfants qui consultent en pédopsychiatrie présentent des difficultés importantes quant à leur capacité de mentalisation (Fonagy, Target, & Allison, 2008; Schmeets, 2008a; Sharp, Croudace, & Goodyer, 2007), soit l’habileté à comprendre les pensées, croyances, intentions, désirs et affects qui sous-tendent les comportements chez soi et chez l’autre. Dans leur pratique, des thérapeutes oeuvrant en pédopsychiatrie ont pu constater que les interventions psychologiques dites classiques exigent de l’individu qu’il soit en mesure de déployer minimalement une telle capacité afin de pouvoir en bénéficier. Ainsi, face à de telles limites chez ces enfants, le recours à des stratégies et techniques thérapeutiques habituelles semble peu adapté ou du moins, avoir une portée limitée, puisque s’appuyant sur un équipement psychique qu’ils n’ont pas suffisamment développé. Pour améliorer l’efficacité thérapeutique, il s’avère donc nécessaire de développer des outils d’évaluation adaptés au niveau développemental de ces enfants, permettant de mieux décrire et comprendre les défauts et manifestations de leur capacité de mentalisation. Cette recherche vise le développement d’un outil clinique permettant d’évaluer la capacité de mentalisation de l’enfant et tenant compte de sa modalité d’expression privilégiée : le jeu. Ainsi, une grille d’observation applicable à une tâche de jeu structuré (Histoires d’attachement à compléter; Bretherton, Bretherton, Ridgeway, & Cassidy, 1990) a été élaborée à partir de la documentation scientifique sur la mentalisation, le jeu et le développement de l’enfant. Elle a été testée dans le cadre d’une étude exploratoire réalisée auprès d’un échantillon mixte (clinique et non-clinique) de dix enfants âgés de 7 et 8 ans. Les comparaisons avec une mesure narrative validée de la capacité de mentalisation et un questionnaire concernant le comportement de l’enfant soulignent la pertinence de l’outil et justifient la poursuite d’un travail de validation.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Alexandre Chabotfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectMentalisationfr
dc.subjectJeufr
dc.subjectHistoires d’attachement à compléterfr
dc.subjectEnfantfr
dc.subjectGrille d’observationfr
dc.subjectPédopsychiatriefr
dc.subjectÉvaluation cliniquefr
dc.titleCapacité de mentalisation et jeu de l'enfant : proposition d'une méthode d'évaluation par l'observation du jeufr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.nameD. Ps.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Alexandre Chabot
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Alexandre Chabot