Show simple document record

dc.contributor.advisorDesrosiers, Johannefr
dc.contributor.advisorTousignant, Michelfr
dc.contributor.advisorBoyer, Richardfr
dc.contributor.authorLarivière, Nadinefr
dc.date.accessioned2014-09-09T18:39:30Z
dc.date.available2014-09-09T18:39:30Z
dc.date.created2010fr
dc.date.issued2010fr
dc.identifier.isbn9780494628287fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5804
dc.description.abstractProblématique : Les hôpitaux de jour psychiatriques sont parmi les types de services intensifs et ambulatoires en santé mentale qui connaissent un essor significatif mais dont on ne connaît pas clairement les effets. Objectifs. L'objectif général de la présente étude visait à comparer les effets d'un hôpital de jour psychiatrique pour personnes adultes et âgées à ceux de l'hospitalisation, sur les symptômes, la participation sociale, l'estime de soi, de même que la satisfaction face aux services, la consommation de services sociosanitaires et leurs coûts associés. Méthodologie. L'hôpital de jour psychiatrique évalué était celui de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine. Un dispositif quasi expérimental a été utilisé. Le groupe expérimental était composé des usagers de l'hôpital de jour ciblé. Le groupe de comparaison incluait des personnes qui ont consulté l'urgence psychiatrique du même établissement, qui ont été hospitalisées et qui étaient cliniquement comparables au groupe expérimental. Les deux groupes ont été divisés selon leur catégorie diagnostique principale : troubles psychotiques; troubles de l'humeur et anxieux; troubles de la personnalité du groupe B. En plus des caractéristiques sociodémographiques, les variables cliniques et fonctionnelles évaluées étaient la symptomatologie, l'estime de soi et la participation sociale. Dans les deux groupes, les données ont été colligées à trois moments: T1: première semaine suivant le début de l'intervention index (hôpital de jour, hospitalisation); T2: entre cinq et huit semaines plus tard et T3: six mois suivant le T2. Un questionnaire sur la satisfaction face aux services fut administré à T2. Afin de comprendre plus en profondeur l'impact de l'hôpital de jour dans le temps, des entrevues individuelles ont été réalisées à T3 avec 18 participants du groupe expérimental. Par ailleurs, concernant le volet économique, une analyse de la consommation des services sociosanitaires dans les six mois précédant et suivant les deux interventions index et les coûts associés à ces services a été effectuée. Résultats. Entre les T1 et T2, le degré d'amélioration était significativement plus important dans le groupe hôpital de jour en ce qui concerne la gravité des symptômes, l'estime de soi, la réalisation et la satisfaction de la participation sociale. Entre les T2 et T3, aucune différence dans le degré de changement entre les deux groupes n'a été trouvée. Les participants de l'hôpital de jour étaient significativement plus satisfaits de plusieurs dimensions des services reçus. Lorsque les trois clientèles cliniques traitées à l'hôpital de jour ont été comparées, le degré d'amélioration durant le suivi à l'hôpital de jour était significativement moins important chez les personnes avec des troubles psychotiques que dans les deux autres groupes par rapport à la gravité des symptômes, la détresse et l'estime de soi. À la suite du congé, le degré de changement était comparable entre les trois groupes. Sur le plan qualitatif, au T3, les participants aux entretiens ont exprimé que l'expérience à l'hôpital de jour a été particulièrement aidante pour améliorer les symptômes et la relation à soi et a permis d'amorcer un processus de transformation personnelle qui s'est poursuivi par la suite. La terminaison a créé chez plusieurs participants un vide abrupte. Les enjeux durant les premiers six mois après le congé sont la continuité de soins, le soutien social et la mise en pratique des apprentissages faits à l'hôpital de jour. Les analyses de consommation de services ont démontré qu'il n'y avait pas de différence entre les deux groupes six mois avant l'intervention index. Six mois suivant le congé des interventions index, le nombre de personnes réhospitalisées était significativement plus élevé dans le groupe hospitalisation. La comparaison des coûts totaux moyens des services consommés six mois avant et six mois après l'intervention index a démontré une réduction de coûts de 38 % pour le groupe hôpital de jour et de 7 % pour le groupe hospitalisation. Conclusions. Les résultats de cette étude suggèrent que l'hôpital de jour est une alternative à l'hospitalisation efficace cliniquement et économiquement pour des personnes adultes et âgées présentant divers troubles mentaux aigus. Malgré le fait que la très grande majorité des participants de l'hôpital de jour consomment des services de santé mentale après leur suivi, selon l'expérience décrite par les participants, la transition vers les services en externe est difficile pour plusieurs et devrait faire partie de réflexions futures dans l'organisation des services des hôpitaux de jour psychiatriques.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Nadine Larivièrefr
dc.subjectTroubles mentaux aigusfr
dc.subjectAnalyse de consommation et coûts des services sociosanitairesfr
dc.subjectAnalyse des effetsfr
dc.subjectÉvaluation de programmesfr
dc.subjectHôpital de jour psychiatriquefr
dc.titleÉvaluation des impacts cliniques, fonctionnels et économiques d'un hôpital de jour psychiatrique pour personnes adultes et âgées avec divers troubles mentauxfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record