Show simple document record

dc.contributor.advisorVandal, Gillesfr
dc.contributor.authorAwono, Cyprienfr
dc.date.accessioned2014-09-09T15:31:22Z
dc.date.available2014-09-09T15:31:22Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.isbn9780494888636fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5667
dc.description.abstractLe début des années 1990 marque la réinstauration de la démocratie dans la plupart des pays africains. Ce processus a abouti à l'adoption, dans presque tous les pays africains, de nouvelles Constitutions consacrant une démocratie. Cette révolution démocratique marque également la construction progressive de l'Etat de droit et l'organisation d'élections libres et justes aboutissant souvent à l'alternance dans plusieurs pays. Toutefois, malgré des progrès observés dans la plupart des pays africains, de nombreux obstacles subsistent toujours. Dans bien de [i.e. des] cas, les élections sont mal préparées ou"truquées". Force est de constater que dans certains pays, pour se maintenir au pouvoir, certains chefs d'État africains n'hésitent pas à modifier la Constitution et/ou instrumentaliser certaines institutions. Ce mémoire porte sur la situation du Cameroun, qui à bien des égards résume la situation d'"une démocratie bloquée" en Afrique. L'objectif principal est de répondre à la question : comment le fonctionnement de la démocratie est-il entravé au Cameroun? Notre hypothèse est la présence du néo-patrimonialisme. Celui-ci, par l'intermédiaire du présidentialisme et le clientélisme, sape le respect des règles démocratiques dans ce pays. Cette recherche essentiellement qualitative qui s'appuie sur l'approche néo-institutionnaliste montre clairement que le néo-patrimonialisme est une composante de la gouvernance au Cameroun. Paul Biya a instauré un régime hyperprésidentialisé, archaïque, autoritaire et néo-patrimonial. Il use de tous les moyens pour se maintenir éternellement au pouvoir.Le clientélisme est érigé en mode de régulation de la vie politique. Les pouvoirs législatifs et judiciaires sont aphones, aux ordres, phagocytés et constituent des bras séculiers d'un régime pro-diluvien. La presse est muselée et l'opposition officielle marginalisée. Si la contagion du printemps arabe peut difficilement se produire au Cameroun malgré la situation crisogène, un scénario à"l'ivoirienne"est à craindre dans la perspective de la crise de succession post- Biya.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Cyprien Awonofr
dc.subjectCamerounfr
dc.subjectClientélismefr
dc.subjectPrésidentialismefr
dc.subjectNéo-patrimonialismefr
dc.subjectDémocratiefr
dc.titleLe néo-patrimonialisme au Cameroun les leçons sur le mal africainfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePolitiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record