Show simple document record

dc.contributor.advisorToupin, Jeanfr
dc.contributor.authorPaulin, Juliefr
dc.date.accessioned2014-09-09T15:19:34Z
dc.date.available2014-09-09T15:19:34Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.isbn9780494888810fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5594
dc.description.abstractLa stabilité des problèmes extériorisés à l'enfance amène souvent des conséquences subséquentes importantes pour l'enfant lui-même et pour les personnes de son entourage. Depuis les dernières années, l'intérêt pour cette problématique a amené les chercheurs à se pencher sur les facteurs expliquant la stabilité de ces problèmes extériorisés, dont les traits de tempérament de l'enfant et les pratiques éducatives parentales. Néanmoins, d'autres études sont nécessaires pour reproduire les premiers résultats et pallier aux limites méthodologiques des recherches conduites jusqu'à présent, notamment en raison du peu d'études portant sur les filles. Ces nouvelles connaissances sont susceptibles d'améliorer l'identification des enfants aux prises avec des problèmes extériorisés et ainsi bonifieront éventuellement l'adéquation de l'intervention. Ce mémoire a comme premier objectif de cibler quels traits de tempérament chez les garçons et les filles prédisent le mieux l'évolution des problèmes extériorisés un an plus tard une fois les autres facteurs d'influence contrôlés statistiquement : le statut socio-économique, l'âge, la fréquence des rencontres avec un spécialiste pour des problèmes émotionnels au cours des six derniers mois ainsi que le niveau des problèmes extériorisés antérieurs. Le deuxième objectif vérifie l'apport supplémentaire de l'interaction entre certains traits de tempérament et certaines pratiques éducatives parentales en lien avec l'évolution des problèmes extériorisés un an plus tard, toujours chez les filles et les garçons. Il s'avère que les traits de tempérament et les pratiques éducatives parentales ne prédisent pas significativement les problèmes extériorisés un an plus tard lorsque les variables contrôles sont utilisées dans l'analyse de régression. En conséquence à une exception près, les relations entre les problèmes extériorisés au T2 et les traits de tempérament ainsi que les pratiques éducatives parentales sont seulement significatives lorsque les problèmes extériorisés antérieurs ne sont pas contrôlés statistiquement.La seule interaction à avoir un lien significatif avec les problèmes extériorisés au T2 au-delà des variables contrôlées statistiquement est entre le trait de tempérament d'émotivité négative et les pratiques éducatives du parent d'indifférence/rejet. Toutefois, cette association est obtenue uniquement lorsque c'est l'enseignant évalue les problèmes extériorisés chez les filles et non lorsque c'est le parent. Les autres interactions n'ont pas de relations statistiquement significatives avec la variable dépendante lorsque les problèmes extériorisés antérieurs sont contrôlés. À titre exploratoire et pour des fins de comparaison avec la recension des écrits, des analyses ont croisé les traits de tempérament et les pratiques éducatives parentales avec les problèmes extériorisés un an plus tard, sans contrôle statistique des problèmes extériorisés antérieurs. En conclusion, des recommandations sont formulées pour la poursuite des études sur ce thème.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Julie Paulinfr
dc.subjectPratiques éducatives parentalesfr
dc.subjectTempéramentfr
dc.subjectProblèmes extériorisésfr
dc.titleÉvolution des problèmes extériorisés des enfants association avec les traits de tempérament et les pratiques éducatives parentalesfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePsychoéducationfr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record