Show simple document record

dc.contributor.advisorDenault, Anne-Sophiefr
dc.contributor.authorSt-Pierre, Valeriefr
dc.date.accessioned2014-09-09T15:19:28Z
dc.date.available2014-09-09T15:19:28Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.isbn9780494887752fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5581
dc.description.abstractLa présente étude vise à mieux comprendre le lien entre la participation à des activités parascolaires et le risque de décrochage scolaire. Pour ce faire, elle teste un modèle médiateur qui cherche à vérifier si la participation à des activités parascolaires prédit une diminution du risque de décrochage scolaire, ou si ce lien de prédiction n'est pas plutôt expliqué par une diminution des symptômes dépressifs et des problèmes de comportement extériorisés chez les élèves. En effet, les élèves jugés à risque de décrochage scolaire présentent souvent des problématiques sur le plan des symptômes dépressifs et des problèmes de comportement extériorisés. Afin de poursuivre cet objectif, deux dimensions de la participation sont considérées, soit l'intensité (la somme des heures consacrées aux activités parascolaires par semaine) et l'étendue (le nombre total d'activités participées durant l'année). De plus, puisque les garçons et les filles ont habituellement des degrés différents de symptômes dépressifs et de problèmes extériorisés (Marcotte, Fortin, Royer, Potvin et Leclerc, 2001), les différences sexuelles sont également examinées dans ce modèle. Enfin, les différences selon le type d'activités pratiquées sont également observées pour trois catégories prédéterminées (les activités non sportives seulement, les activités sportives et non sportives et les sports seulement).La présente étude se distingue donc des études antérieures en s'intéressant au risque de décrochage scolaire, en regroupant les liens recensés dans un seul modèle et en examinant si ces liens sont les mêmes chez les garçons et les filles en fonction de différentes dimensions de la participation. Ce projet s'insère dans un projet longitudinal plus large sur la réussite et la persévérance des élèves. Chaque année, les élèves des quatre écoles secondaires qui font partie de ce projet sont invités à compléter le Logiciel de dépistage du décrochage scolaire (Fortin et Potvin, 2007) et le questionnaire sur les activités parascolaires. Ce logiciel informatisé permet de mesurer chacune des variables d'intérêts dans le cadre de ce projet. Deux temps de mesure ont été utilisés.La première collecte de données a été réalisée l'automne 2008 (T1) et la deuxième, l'automne 2009 (T2). L'échantillon est composé de 2094 adolescents (53% de filles) de première à troisième secondaire au Tl.La participation à des activités parascolaires a été mesurée au T2 à l'aide de la question : « L'année dernière, au cours de l'année scolaire, as-tu participé à une ou des activités parascolaires à ton école ? ». Le risque de décrochage a été mesuré à l'aide du Questionnaire de dépistage d'élèves à risque de décrochage scolaire (Potvin et aL, 2004). Les symptômes dépressifs ont été mesurés l'aide du questionnaire Center for Epidemiological Studies Depression Scale for Children (CES-DC de Radloff, 1977), alors que les problèmes de comportement extériorisés ont été mesurés à l'aide de l'échelle des comportements extériorisés du Youth Self-Report (YSR, Achenbach, 2001). Pour atteindre les objectifs, la méthode de médiateurs multiples de Preacher et Hayes (2008) a été utilisée. Cette méthode permet de calculer simultanément l'effet direct de la participation des activités parascolaires (intensité et étendue) sur le risque de décrochage scolaire ainsi que l'effet indirect des symptômes dépressifs et des problèmes de comportement sur cette relation. Pour conclure un effet indirect significatif, la procédure du bootstrapping a été utilisée, qui consiste à répéter les calculs du modèle médiateur 5000 fois afin d'obtenir une approximation empirique de la distribution d'échantillonnage et ainsi obtenir des intervalles de confiance. Les modèles ont été évalués avec l'échantillon total, séparément pour les garçons et les filles et séparément pour trois types d'activités, soit les (a) non-sports seulement, (b) sports et non sports et (c) sports seulement. Le risque de décrochage scolaire (T1), les symptômes dépressifs (T1), les problèmes de comportement (T1), le niveau scolaire de l'élève et le degré de défavorisation des écoles ont été contrôlés dans les modèles. Les principaux résultats de cette étude révèlent que, bien qu'il y ait des corrélations significatives entre la plupart des variables des modèles examinés, aucun effet médiateur n'a été trouvé pour les symptômes dépressifs et les problèmes de comportement. Néanmoins, des effets directs entre la participation des activités parascolaires et le risque de décrochage scolaire ont été trouvés pour l'échantillon total avec l'intensité et l'étendue de participation et pour les garçons avec l'intensité seulement. Ces résultats suggèrent que la participation des activités parascolaires est associée à une diminution du risque du décrochage scolaire d'une année à l'autre. Étonnamment, il ressort également que, pour les élèves participant simultanément des sports et à des non-sports, l'intensité de participation est associée à une augmentation du risque de décrochage scolaire.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Valérie St-Pierrefr
dc.titleLe risque de décrochage scolaire et la participation à des activités parascolaire à l'école secondaire effets médiateurs des symptômes dépressifs et des problèmes de comportement extériorisésfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineAdaptation scolaire et socialefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record