Show simple document record

dc.contributor.advisorSarret, Philippefr
dc.contributor.authorGuillemette, Anniefr
dc.date.accessioned2014-09-09T15:01:11Z
dc.date.available2014-09-09T15:01:11Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.isbn9780494909874fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5559
dc.description.abstractLa neurotensine est un peptide découvert de manière fortuite en 1973 (Carraway et al., 1973). Dans le système nerveux, on la retrouve dans les zones impliquées dans le contrôle de la douleur (Dobner, 2005). Lorsqu'elle est injectée en intrathécal et en supraspinal elle exerce un effet analgésique en douleur aiguë (Clineschmidt et al., 1977; Kalivas et al., 1982; Urban et al., 1993). Plus récemment, son effet analgésique en intrathécal dans un modèle de douleur tonique a été démontré (Roussy et al., 2008). Le mécanisme proposé pour cette analgésie est qu'elle initierait un contrôle inhibiteur descendant qui inhiberait la transmission des stimuli nociceptifs périphériques (Dobner, 2006). Jusqu'à maintenant, son effet n'a pas été étudié en douleur neuropathique. La douleur neuropathique est une douleur chronique initiée ou causée par une lésion primaire du système nerveux. Plus [de] 3.75 million d'Américains en sont atteints (Chong et al., 2003) et malheureusement, il existe un nombre limité de médicaments efficaces pour cette affliction. Il existe plusieurs modèles animaux de douleur neuropathique chez le rat. Le modèle le plus largement reconnu est le modèle de constriction chronique du nerf sciatique (Bennett et al., 1988). À ce jour, 3 récepteurs lui ont été identifiés. NTR1 et NTR2 sont des récepteurs à sept domaines transmembranaires couplés aux protéines G et sont tous deux impliqués dans l'analgésie induite par la NT (Buhler et al., 2005). NTR3 est une protéine totalement différente possédant un seul domaine transmembranaire et dont le rôle n'est pas encore connu (Kitabgi, 2002). Dans cette étude, nous avons utilisé le modèle de constriction chronique du sciatique chez le rat pour démontrer que la neurotensine ainsi que ses analogues peptidiques modifiés, NT69L et PD149163, à différentes doses exercent un effet analgésique en douleur neuropathique.La douleur a été quantifiée par le test de von Frey électronique automatique et le test plantaire. Le PD149163 est un agoniste spécifique du récepteur NTR1 et il a provoqué un effet analgésique marqué. Ces résultats démontrent donc pour la première fois l'implication du récepteur NTR1 dans l'inhibition de la douleur d'origine neuropathique.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Annie Guillemettefr
dc.subjectRécepteur NTR1fr
dc.subjectRatfr
dc.subjectDouleur neuropathiquefr
dc.subjectAnalgésiefr
dc.subjectNeurotensinefr
dc.titleEffet analgésique d'agonistes neurotensinergiques dans un modèle de douleur neuropathique chez le ratfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhysiologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record