Show simple document record

dc.contributor.advisorCharest, Jacquesfr
dc.contributor.authorTurcotte, Lindafr
dc.date.accessioned2014-09-09T15:01:03Z
dc.date.available2014-09-09T15:01:03Z
dc.date.created2006fr
dc.date.issued2006fr
dc.identifier.isbn9780494281161fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5536
dc.description.abstractDans les milieux hospitaliers, une personne sur deux vit un niveau élevé de détresse psychologique et, parmi les employés en épuisement professionnel réinsérés au travail, le taux de rechute au cours de la première année atteint à 23 % (Sun Life Canada, 1999). En outre, l'ampleur de ce problème se reflète bien dans les statistiques d'absentéisme où les problèmes de santé psychologiques constituent 39 % du total des absences. À ce jour, la littérature ne rapporte aucune recherche décrivant le mode de traitement de l'épuisement professionnel et mesurant son efficacité auprès des travailleurs de la santé et des services sociaux. Afin d'évaluer une démarche thérapeutique efficace et préventive, nous offrons une thérapie brève - environ 6 séances en individuel - à des travailleurs présentant les symptômes de l'épuisement professionnel et toujours présents au travail (groupe traitement). Des mesures sont prises avant le début de la thérapie, immédiatement après la dernière séance et six mois plus tard à l'aide des quatre tests suivants : le Maslach Bumout Inventory (MBI), le Rosenberg (estime de soi), l'Inventaire de Beck (dépression) et l'Analyse de l'estime de soi sans l'aspect culturel. Les participants au groupe traitement sont comparés à ceux d'un groupe témoin constitué de travailleurs du réseau de la santé qui présentent aussi les symptômes de l'épuisement professionnel, tout en étant présents au travail au moment de l'étude. Les résultats obtenus montrent que la thérapie brève diminue significativement les symptômes de l'épuisement professionnel et augmente l'estime de soi. Ils confirment en outre que cette amélioration se maintient après six mois de la fin du traitement. Enfin, le groupe traitement présente moins de jours d'absence. En conclusion, cette étude permet d'identifier des moyens thérapeutiques concrets et efficaces pour aider les travailleurs du réseau de la santé en épuisement professionnel.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Linda Turcottefr
dc.subjectProfessionnels de la santéfr
dc.subjectEstime de soifr
dc.subjectThérapie brèvefr
dc.subjectÉpuisement professionnel (burnout)fr
dc.titleThérapie brève auprès de travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en épuisement professionnelfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.grantotherUniversité du Québec en Abitibi-Temiscaminguefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record