Show simple document record

dc.contributor.advisorHeitz, Michèlefr
dc.contributor.authorVeillette, Marcfr
dc.date.accessioned2014-09-09T14:14:50Z
dc.date.available2014-09-09T14:14:50Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.isbn9780494888063fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5494
dc.description.abstractLe domaine de l'agriculture produit une part importante des gaz à effet de serre (GES) au Canada (8%) soit 8% des 747 Mt eq. CO[indice inférieur 2] émis chaque année. L'industrie porcine, un secteur clé de l'industrie agroalimentaire est en forte croissance au Canada depuis le milieu des années 80. L'entreposage du lisier préalablement séparé compte pour la plus grande partie du méthane (CH[indice inférieur 4]) émis, un GES au pouvoir de réchauffement global 25 fois celui du dioxyde de carbone (CO[indice inférieur 2]). Pour traiter le CH[indice inférieur 4], la biofiltration a déjà fait ses preuves pour le traitement des émissions de CH[indice inférieur 4] provenant des lieux d'enfouissement sanitaires (LES) et des mines. Ce procédé peut être également appliqué au CH[indice inférieur 4] issu de l'industrie porcine. Lors de la biofiltration du CH[indice inférieur 4], plusieurs facteurs clé peuvent améliorer la performance du système de traitement biologique comme, par exemple, la température, le pH, la nature du milieu filtrant, le taux d'humidité du lit et les nutriments. En particulier, l'apport en nutriments est un facteur déterminant pour la croissance et le maintien des microorganismes traitant le CH[indice inférieur 4]. Plusieurs nutriments doivent être fournis pour assurer le bon fonctionnement d'un biofiltre : carbone, oxygène, azote, phosphore, potassium et autres. D'un autre côté, certaines substances peuvent inhiber l'oxydation du CH[indice inférieur 4] dans un biofiltre et influencer la flore microbienne : un inhibiteur ayant fait l'objet de nombreuses études sur des supports de terre est l'ammonium (NH[indice inférieur 4][indice supérieur +]). Les expériences en laboratoire devaient déterminer l'impact du NH[indice inférieur 4][indice supérieur +] dans la solution nutritive contenant du nitrate sur un biofiltre rempli d'un garnissage inorganique traitant le CH[indice inférieur 4]. Dans les conditions expérimentales considérées (Débit d'air : 0,18 m[indice supérieur 3] h[indice supérieur -1] ; Concentration de CH[indice inférieur 4] à l'entrée : 3000 ppmv ; Débit de solution nutritive : 1,5 L j[indice supérieur -1]), l'ajout de NH[indice inférieur 4][indice supérieur +] dans la solution nutritive a eu un impact sur la performance du biofiltre, faisant diminuer la conversion du CH[indice inférieur 4] de 70 à 13% entre 0,05 et 0,5 gN-NH[indice inférieur 4][indice supérieur +] L[indice supérieur -1]. Les résultats de cette étude ont aussi démontré que l'augmentation progressive du NH[indice inférieur 4][indice supérieur +] réduit l'effet inhibiteur de celui-ci sur la performance du biofiltre.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marc Veillettefr
dc.subjectPorcfr
dc.subjectNitratefr
dc.subjectInhibitionfr
dc.subjectAmmoniumfr
dc.subjectAzotefr
dc.subjectBiofiltrationfr
dc.subjectMethanefr
dc.subjectNutrimentsfr
dc.titleBiofiltration du méthane issu de l'industrie porcine influence de l'ammoniumfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie chimiquefr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc. A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record