Show simple document record

dc.contributor.advisorMilord, François
dc.contributor.authorZewail, Reemfr
dc.date.accessioned2014-09-09T14:08:46Z
dc.date.available2014-09-09T14:08:46Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014-09-09
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5482
dc.description.abstractIntroduction Le Québec accueille 50 000 immigrants annuellement dont 30 % viennent d’Afrique et 27 % d’Asie. Dans les dix dernières années, 200 à 600 enfants ont été adoptés annuellement, majoritairement de l’Asie. Plusieurs régions d’origine des immigrants sont endémiques pour des parasites. C’est pourquoi l’immigration influence fortement l’épidémiologie de ces maladies. La giardiase, la filariose, la schistosomiase, la strongyloïdose et la malaria sont les plus prévalentes. Il existe peu de données sur les maladies parasitaires chez les immigrants au Québec. Cette étude vise à décrire l’épidémiologie de cette problématique dans la province. Méthode Une étude descriptive transversale a été privilégiée. Les immigrants ayant consulté au centre des maladies tropicales de l’Université McGill et les enfants de la clinique d’adoption de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont ont été ciblés. Une grille standardisée a été utilisée pour la collecte des données dans la base de données de GeoSentinel et les dossiers médicaux. Des analyses descriptives et inférentielles fournissent un profil des immigrants atteints et des facteurs associés. Résultats Au moins un parasite se trouve chez 32 % (202/638) des immigrants à l’étude. Les parasitoses les plus prévalentes chez ces cas sont la strongyloïdose (28%), la filariose (21%), la schistosomiase (17%), et la malaria (12%). Le tiers des cas sont des demandeurs d’asile et 43 % (86/202) viennent de l’Afrique subsaharienne. Une proportion élevée d’infection, 50 % (27/56), se trouve chez les Haïtiens. Chez 15 % (73/499) des enfants adoptés, on trouve au moins un parasite; la giardiase et la strongyloïdose sont les plus prévalentes. La majorité (292/499) des enfants à l’étude viennent de la Chine et 69 % (22/32) des enfants Haïtiens sont infectés par des parasites. Discussion et conclusion La littérature appuie nos résultats. La population immigrante est en croissance au Québec ce qui est une des richesses de la province. Par contre, c’est une population qui est vulnérable au niveau de la santé. Environ 1/3 des immigrants et 1/6 des enfants adoptés sont atteints par des parasitoses. Plus de la moitié (57 %) des immigrants atteints sont infectés par des parasites qui ont des conséquences importantes. Des interventions ciblant cette population sont recommandées afin de diminuer ce fardeau.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Reem Zewailfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectParasitesfr
dc.subjectHelminthesfr
dc.subjectMalariafr
dc.subjectImmigrantfr
dc.subjectRéfugiéfr
dc.subjectEnfants adoptésfr
dc.subjectVisite famille et amisfr
dc.titleÉpidémiologie des maladies parasitaires chez les immigrants au Québecfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Reem Zewail
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Reem Zewail