Show simple document record

dc.contributor.advisorArès, Mathieu
dc.contributor.authorDumas-Martin, Antoinefr
dc.date.accessioned2014-09-02T13:00:33Z
dc.date.available2014-09-02T13:00:33Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014-09-02
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/5445
dc.description.abstractOfficiellement, l’Entente entre le Québec et la France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles avait pour principal objectif de faciliter la mobilité de la main-d’œuvre qualifiée entre le Québec et la France. Nous avons essayé d’en apprécier l’impact pour une profession particulière : médecin spécialiste en médecine de famille. Nous constatons que l’Entente, étant donné l’objectif de facilitation de la mobilité, a eu une portée somme toute limitée. Cette limitation tient surtout au fait que l’Entente soit subordonnée aux dispositions législatives, règlementaires et administratives internes à chacune des Parties, soit la France et le Québec. C’est donc dire que les principales limites se situent non pas au niveau des relations internationales mais au niveau national.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Antoine Dumas-Martinfr
dc.subjectMobilité de la main-d’œuvrefr
dc.subjectProfession médicalefr
dc.subjectRelations franco-québécoisesfr
dc.subjectSystème de santé québécoisfr
dc.titleL’Entente Québec-France et ses limites : le cas des médecins de famillefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePolitiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record