Show simple document record

dc.contributor.advisorBourdon, Sylvainfr
dc.contributor.authorLeclerc, Marie-Hélènefr
dc.date.accessioned2014-05-14T14:20:38Z
dc.date.available2014-05-14T14:20:38Z
dc.date.created2003fr
dc.date.issued2003fr
dc.identifier.isbn0612806154fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/535
dc.description.abstractLes femmes sont, de nos jours, de plus en plus actives sur le marché du travail. Néanmoins, elles vivent une situation précaire en emploi. Face à cette problématique, diverses solutions ont été envisagées dont des investissements publics au sein des organismes communautaires où une majorité de femmes, soit 80%, y occupent les emplois rémunérés. On peut donc se demander si ces organismes représentent un ghetto ou un lieu d'affirmation pour les travailleuses qui y oeuvrent. Afin de répondre à cette question, 44 organismes communautaires québécois ont été visités et 88 entrevues semi-dirigées ont été réalisées avec des travailleuses. Une analyse thématique a permis d'élaborer une typologie de travailleuses reflétant la diversité des femmes qui oeuvrent en milieux communautaires. Ainsi, une réponse nuancée s'avère de mise à cette question, puisque certains types de travailleuses perçoivent leur milieu comme un ghetto alors que d'autres le voient comme un lieu d'affirmation.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie-Hélène Leclercfr
dc.titleLes organismes communautaires un ghetto ou un lieu d'affirmation pour les travailleuses?fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePédagogiefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record