Show simple document record

dc.contributor.advisorChoquette, Catherinefr
dc.contributor.authorBolen, Klarafr
dc.date.accessioned2014-05-26T15:15:24Z
dc.date.available2014-05-26T15:15:24Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.isbn9780494531471fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/5314
dc.description.abstractCe mémoire entreprend de démontrer qu'en vertu de la substitution graduelle du paradigme transnational au paradigme réaliste en théorie des relations internationales, le droit international public progresse en faveur de l'institutionnalisation d'une responsabilisation collective et efficace devant la perpétration d'actes génocidaires. Avec l'adoption par l'ONU lors de la 59e session de l'Assemblée Générale en septembre 2005 du principe de la responsabilité internationale de protéger, les perspectives d'avancement de la communauté d'États sont prometteuses. Afin de démontrer la nécessité de la mise en application de ce nouveau principe, l'auteure analyse les difficultés conceptuelles et de mises en oeuvre du droit international des conflits armés. Un examen de l'élaboration normative insuffisante et des lacunes institutionnelles en matière de l'emploi de la force est effectué. À la suite de cette démonstration, l'analyse souligne l'avancée que représente l'adoption du principe de la responsabilité de protéger et préconise sa mise en application dans le contexte du conflit en Tchétchénie.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Klara Bolenfr
dc.titleLes exceptions à la prohibition de l'usage de la force en droit international public: Vers une responsabilisation collective et efficacefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineDroitfr
tme.degree.grantorFaculté de droitfr
tme.degree.nameLL. M.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record