Show simple document record

dc.contributor.advisorCôté, Charles
dc.contributor.authorLevasseur, Franciscafr
dc.date.accessioned2014-05-23T17:55:42Z
dc.date.available2014-05-23T17:55:42Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/5301
dc.description.abstractLa lutte contre les maladies chroniques est une préoccupation majeure depuis quelques années pour la santé publique. Même s’il existe une preuve claire des bienfaits physiologiques et psychologiques (King et al., 1998; Hare et Bunker, 1999) de l’activité physique, l’assiduité à celle-ci est couramment difficile (ICRCP, 1996; Weinberg et Gould, 1997; Johnston, 1999; Marcus et al. 2000; Sisson et Katzmarzyk, 2008; ASPC, 2009). La maladie est souvent un facteur clé pour décider d’entreprendre ou non un changement d’habitudes de vie (Venrooij et al., 2002). En effet, dans la majorité des cas, les gens peuvent prévenir les conséquences des maladies avant même qu’elles ne surviennent. Dans cette optique, le centre hospitalier d’Amos a ouvert un programme de réadaptation cardiorespiratoire (PRCR) en 2002 pour sa population. Il existe aujourd’hui trois programmes similaires en région. Toutefois, l’efficacité de ces programmes n’a jamais été évaluée ici en Abitibi-Témiscamingue. Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer l’effet d’un PRCR de 3 mois et de 12 mois, de démontrer s’il existait une différence significative quant au maintien d’un programme d’activité physique sur un an, également si la participation au PRCR entraînait une diminution de la prévalence des facteurs de risques d’une maladie cardiovasculaire (MCV) chez les gens en prévention primaire et secondaire d’une MCV. Les hypothèses suggéraient qu’une participation de 12 mois, entraînerait une diminution des facteurs de risques contrôlables d’une MCV et un maintien de l’A-P plus long après la participation au PRCR en salle chez les gens en prévention primaire et secondaire. Pour répondre à ces objectifs, un essai randomisé contrôlé chez 60 sujets (masculins et féminins) en prévention primaire ou secondaire d’une MCV âgés de 30 et 70 ans a été réalisé. Les participants ont été recrutés par ordre d’arrivée au service lors de la séance d’initiation préparatoire au PRCR. Les données ont été recueillies à l’aide de questionnaires autoadministrés, tapis roulant, mesures anthropométriques et d’un bilan sanguin. Plusieurs instruments de mesure validés tels que : International Physical Activity Questionnaire (2005), l’échelle de perception de l’effort (Jobin, 2000), ont été utilisés. Les objectifs ultimes de cette étude étaient de contribuer à une meilleure prise en charge des maladies chroniques en régions éloignées et d’optimiser les services offerts au centre hospitalier pour cette clientèle. Dans ce sens, cette étude révèle bel et bien qu’un suivi de 12 mois favorise le maintien de l’A-P, une saine alimentation et un meilleur maintien des facteurs de risque autant chez les gens en prévention primaire que secondaire d’une MCV.fr
dc.language.isofrfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights©FranciscaLevasseurfr
dc.subjectMaladies cardiovasculairesfr
dc.subjectActivité physiquefr
dc.subjectProgramme de réadaptation cardiorespiratoirefr
dc.subjectSaines habitudes de viefr
dc.subjectModification de comportementfr
dc.subjectPrévention primaire et secondairefr
dc.titleUn programme de réadaptation cardiorespiratoire dans le suivi de l’activité physique chez les gens en prévention primaire et secondaire d’une maladie cardiovasculairefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.grantotherUniversité du Québec en Abitibi-Témiscaminguefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record