Show simple document record

dc.contributor.advisorJutras, Francefr
dc.contributor.authorCevey, Rogerfr
dc.date.accessioned2014-05-16T17:26:49Z
dc.date.available2014-05-16T17:26:49Z
dc.date.created2002fr
dc.date.issued2002fr
dc.identifier.isbn0612805700fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/5245
dc.description.abstractUne exploration transversale de ce que l'auteur nomme l'abus éducatif. Attitudes éducatives entre manque et excès d'engagement qui caractérisent l'instrumentalisation de l'enfant, l'arbitraire et la violence du rapport éducatif. Un survol historique témoigne de crises qui firent grandir la condition de l'enfant. H. Arendt illustre la dimension politique. L'hypothèse est que l'éducateur abusif fait de l'enfant son oeuvre davantage qu'il ne l'accompagne dans son être au monde, l'action par excellence selon Arendt. Les notions d'utilité et de sens se dessinent en creux. La validité des normes s'estompe, s'en suivent hypernormativité et inflation de projets éducatifs. Un exemple d'incohérence: les châtiments corporels. Le législatif renvoie à l'ontologique, désir et incestualité conduisent à un invariant éthique, la responsabilité. Faute de réciprocité symétrique, promesse et pardon répondent à l'imprévisibilité et à l'irréversibilité, mourir symboliquement (une forme de don) devient gage de l'acte éducatif. Quelques figures de violence éducative légitime concluent ce mémoire.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Roger Ceveyfr
dc.titleDe l'enfant-projet à l'enfant-sujet, ou, De la violence à l'éthique en éducationfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhilosophie et éthiquefr
tme.degree.grantorFaculté de théologie, d'éthique et de philosophiefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record