Show simple document record

dc.contributor.advisorBélisle, Marcfr
dc.contributor.authorGhilain, Arnaudfr
dc.date.accessioned2014-05-16T15:36:06Z
dc.date.available2014-05-16T15:36:06Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4729
dc.description.abstractAvec la nécessité de fournir une population humaine sans cesse croissante en nourriture, l'agriculture moderne ne ressemble plus que de très loin à ce qu'elle était voici quelques décennies. Des objectifs de production toujours plus élevés ont ainsi conduit à une intensification drastique des pratiques agricoles, entraînant une modification de la structure du paysage. Cette transformation implique toute une série de conséquences négatives pour les populations d'oiseaux champêtres et principalement une perte d'habitat, une homogénéisation du paysage et une diminution de l'abondance de nourriture. Plusieurs études ont ainsi montré que l'intensification des pratiques agricoles diminue la richesse spécifique et l'abondance des oiseaux et altère leur succès reproducteur. Cependant ces études ont seulement dégagé des tendances populationnelles et aucune n'a quantifié les variations du succès reproducteur au niveau de l'individu en fonction d'un gradient d'intensification agricole sur plusieurs échelles spatiales. Nous avons quantifié différents aspects du succès reproducteur de l'Hirondelle bicolore Tachycineta bicolor en fonction d'un gradient d'intensification agricole à sept échelles spatiales (1, 2, 3, 4, 5, 10 et 20 km) sur un territoire de 10,200 km 2 au Sud du Québec, Canada. Nos résultats montrent que la probabilité d'occupation d'un nichoir par un couple d'hirondelle [i.e. hirondelles] diminue avec la superficie de cultures intensives (maïs, soya) et que la compétition interspécifique est également un facteur limitant. La reproduction de l'hirondelle dépend aussi de l'intensification de l'agriculture. Ainsi les hirondelles pondent moins d'oeufs lorsque la proportion de cultures intensives augmente dans le paysage, probablement à cause de la disponibilité moindre en nourriture. De même 5 oisillons en moyenne s'envolent là où la proportion de cultures extensives (prairies et pâturages) atteint 44% à 5 km alors que seuls 2 oisillons s'envolent là où cette proportion atteint 10%. La probabilité que les oisillons s'envolent dans une couvée augmente aussi avec la proportion de cultures extensives. L'importance de l'effet des cultures extensives sur le nombre d'oisillons envolés et la probabilité d'envol varie avec l'échelle, indiquant que les hirondelles réagissent de manière non-linéaire à un gradient spatial du paysage. Les résultats ont permis d'établir que la structure du paysage agricole influence le succès reproducteur des Hirondelle [i.e. Hirondelles] bicolores.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Arnaud Ghilainfr
dc.titleInfluence du paysage agricole sur le succès reproducteur de l'hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor)fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineBiologiefr
tme.degree.grantorFaculté des sciencesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record