Show simple document record

dc.contributor.advisorAnsseau, Colettefr
dc.contributor.authorGoyer, Anniefr
dc.date.accessioned2014-05-16T15:35:37Z
dc.date.available2014-05-16T15:35:37Z
dc.date.created2004fr
dc.date.issued2004fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4648
dc.description.abstractCette étude fait partie d’un projet de recherche financé par le CORPAQ dont le but principal est de développer la culture d’herbacées forestières à intérêt commercial. Les buts de notre étude sont d’approfondir les connaissances sur la reproduction sexuée de cinq herbacées forestières indigènes au Québec soit, l’asaret du Canada (Asarum canadense L.), le caulophylle faux-pigamon (Caulophyllum thalictroides (L.) Michx.), l’érythrone d’Amérique (Erythronium americanum Ker-Gawl.), la sanguinaire du Canada (Sanguinaria canadensis L.) et le trille blanc (Trillium grandiflorum (Michx.) Salisb.), afin d’apporter des solutions pour diminuer leur vulnérabilité aux récoltes. Pour ce faire nous avons étudié la distribution des classes de taille de deux populations naturelles par espèces, nous avons déterminé la masse minimale pour atteindre la maturité sexuelle et nous avons quantifié la capacité reproductrice des individus. Au niveau de la distribution des classes de taille des populations naturelles, nous avons déterminé le taux de recrutement par plantules et le taux d’avortement des fleurs pour chacune des espèces. Au niveau de l’individu nous avons déterminé l’influence de la masse sur le stade phénologique et nous avons quantifié la capacité reproductrice des individus matures en fonction de leur masse. Nos recherches nous ont permis de conclure que dans les populations recensées, les cinq herbacées forestières ont des taux de recrutement par plantules très faibles, à l’exception d’une population de trille blanc. De plus, les taux d’avortement des fleurs varient d’une espèce à l’autre. Quatre espèces sur cinq (asaret du Canada, érythrone d’Amérique, sanguinaire du Canada, trille blanc) ont un faible taux d’avortement, tandis que le caulophylle faux-pigamon a un taux d’avortement très élevé. Par ailleurs, l’étude des individus nous a permis de constater que les espèces ciblées nécessitent une masse minimale pour fleurir. De plus, comme la masse des individus matures est un bon indicateur de leur capacité reproductrice, cette étude nous a permis de quantifier le nombre d’ovules pouvant être produit par un individu en fonction de sa masse. Les implications de ces résultats sont très importantes pour la gestion de l’exploitation des populations naturelles des herbacées forestières visées. Présentement, les récoltes en milieu naturel sont intégrales. Ces prélèvements visent spécifiquement les gros individus et les individus matures. Ces derniers, comme nos résultats le confirment, sont ceux qui participent le plus à la reproduction sexuée. Ainsi, on peut prévoir que l’exploitation des populations nuit fortement au taux de recrutement par la reproduction sexuée. Sachant que cette voie de reproduction est essentielle pour préserver la diversité génétique et assurer la dispersion des populations, nous croyons que l’exploitation des populations naturelles est susceptible de menacer la pérennité des populations et des espèces. Or, ces herbacées forestières ont déjà un statut précaire et il est important, dans ces conditions, d’offrir des solutions pour minimiser leur vulnérabilité aux récoltes. Pour approvisionner les marchés, la domestication et la culture de ces espèces devraient être envisagées. Toutefois, les connaissances sur les pratiques culturales des herbacées forestières sont très peu développées et davantage de recherches devraient être poursuivies en ce sens. De plus, les différents intervenants sur les marchés des plantes médicinales ou horticoles indigènes devraient être renseignés sur les problématiques de la récolte en milieu naturel et sur la fragilité des populations restantes. Enfin, les recherches sur les plantes à intérêt commercial croissant sous couverts forestiers devraient continuer d’être financées parce qu’elles permettront de mieux connaître la biologie de ces plantes et la dynamique de leurs populations, connaissances qui pourront servir à élaborer des solutions intégrées.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Annie Goyerfr
dc.titleÉtude sur la distribution des classes de taille et sur la relation entre la masse, le stade phénologique et la capacité reproductrice de cinq herbacées forestières à intérêt commercialfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineBiologiefr
tme.degree.grantorFaculté des sciencesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record