Show simple document record

dc.contributor.advisorLabbé, Simonfr
dc.contributor.authorLaliberté, Juliefr
dc.date.accessioned2014-05-16T14:57:55Z
dc.date.available2014-05-16T14:57:55Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4238
dc.description.abstractLes travaux entrepris visent à découvrir le cheminement parcouru par le cuivre (Cu) en vue de permettre son arrimage à la superoxyde dismutase 1 (SOD 1) et d'autre part, aux amines oxydases dépendantes de Cu (CuAOs). La SOD1 protège les cellules eucaryotes contre le stress oxydatif La présence de motifs protéiques conservés chez la SOD1, nous a permis d'identifier une protéine de 297 acides aminés (AA), subséquemment nommée Pccs. L'inactivation des gènes pccs[indice supérieur +] et sodl[indice supérieur +] a été réalisée de façon indépendante et en combinaison. La création de ces souches mutantes a été la clé de l'élaboration d'une technique de détection de l'activité de l'enzyme SOD1. Grâce à cette méthode, la contribution de Pccs dans l'apport en Cu à la SOD1 a pu être démontrée. Étonnamment, la protéine Pccs possède une deuxième fonction. Des expériences rapportant l'activité de la SOD1, nous permettent de constater que les 75 derniers AA de la protéine Pccs n'entrent pas en jeu dans l'apport en Cu à la SOD1. À l'intérieur de cette section terminale de Pccs, nous avons observé une forte composition en résidus cystéines qui sont reconnus pour leur propension à lier des atomes de Cu. Pour examiner le rôle de cette région, une souche particulière de S. cerevisiae hypersensible aux ions de Cu a été utilisée.Les résultats ont montré que l'expression de la protéine Pccs intégrale assure une tolérance aux cellules mutantes permettant ainsi leur croissance sur un milieu contenant jusqu'à 500 [micro]M de Cu. Par contre, en absence de la région carboxy-terminale, l'expression de Pccs permet une tolérance des cellules à des concentrations ne dépassant pas les 50 [micro]M de Cu. Ces résultats suggèrent que la région terminale de Pccs a pour rôle de protéger les cellules contre la toxicité du Cu en séquestrant ce dernier (Laliberté et al., 2004 JBC.; 279: 28744-28755). Chez S. pombe, Ctr4 et Ctr5, forment un hétérocomplexe à la surface cellulaire. Ce dernier assure le transport du Cu de l'environnement vers le cytosol.Les portions de Ctr4 et Ctr5 qui sont prédites pour émerger à l'extérieur des cellules présentent des motifs composés de résidus méthionines (motifs Mets). Ctr4 possède cinq motifs Mets, tandis que deux sont répertoriés chez Ctr5.Les résultats ont montré que la présence de motifs Mets, chez l'une ou l'autre des protéines, est suffisante à l'acquisition du Cu chez S. pombe (Beaudoin et al., 2006, Microbiology; 52: 209-222).Les CuAOs catalysent la déamination oxydative des amines primaires en aldéhydes. La présence de Cu au site catalytique de ces enzymes est essentielle à leur activité. Chez S. pombe, deux protéines possédant une signature commune aux membres des CuAOs ont été identifiées.Les gènes codant pour ces protéines ont été nommés spaol[indice supérieur +] et spao2[indice supérieur +]. Dans le but de déterminer si SPAO1 et SPAO2 peuvent utiliser les amines primaires en tant que substrat, ces protéines ont été exprimées chez S. cerevisiae qui, contrairement à S. pombe, n'exprime pas de CuAO.Les résultats montrent une activité CuAO à la suite de l'expression de spao1 + . L'expression de spao2 + ne permet pas la détection de l'activité CuAO. L'utilisation de souches mutantes pour les gènes CTR1, CTR3, ATX1, CCC2, COX17 et CCS1, a permis d'identifier les protéines impliquées dans l'apport en Cu à SPAO1. En l'absence des transporteurs, Ctr1 et Ctr3, aucune activité CuAO n'a été détectée. De plus, les résultats obtenus indiquent que l'absence de la protéine Atx1 altère complètement l'activité de SPAO1, tandis que la suppression de Ccc2 engendre qu'une légère diminution de l'activité CuAO. Ces données suggèrent, pour la première fois, que Atx1 peut contribuer à l'apport en Cu d'une seconde cible: SPAOI (Laliberté et Labbé, 2006, Microbiology; 152: 2 819-2830).fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Julie Lalibertéfr
dc.titleÉtude des voies d'approvisionnement en cuivre des cuproenzymes SODI et SPAOI chez la levure à fission Schizosaccharomyces pombefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineBiochimiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record