Show simple document record

dc.contributor.advisorLavigne, Pierrefr
dc.contributor.authorSauvé, Simonfr
dc.date.accessioned2014-05-16T14:57:50Z
dc.date.available2014-05-16T14:57:50Z
dc.date.created2006fr
dc.date.issued2006fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4228
dc.description.abstractLe réseau de facteurs de transcription c-Myc/Max/Mad contrôle la transcription de plus de 1500 gènes à l'intérieur du génome humain. Dans ce réseau, les domaines basic-Helix-Loop-Helix-Leucine Zipper (b/HLH/LZ) sont responsables de la reconnaissance moléculaire entre les protéines et de la liaison au promoteur des gènes cibles. Par contre, les détails du mécanisme de liaison spécifique à l'ADN demeurent inconnus. Dans cette thèse, nous révélons le mécanisme de discrimination entre les séquences spécifiques et non-spécifiques par les facteurs de transcription b/HLH/LZ. Article 1: À partir de la détermination par Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) de la structure et la dynamique du dimère b/HLH/LZ de Max en solution et en absence d'ADN, nous avons proposé un mécanisme pour la formation spécifique et réversible de complexes protéine/ADN par cette famille de facteurs de transcription. En solution et en absence d'ADN, les domaines H1LH2/LZ sont bien repliés alors que la région basique est majoritaire non-repliée. Nous avons démontré que H1 déploie des mouvements de grande amplitude dans l'échelle de temps de la nanoseconde. Nous avons proposé que ces mouvements résultent d'un "cluster" de chaînes-latérales basiques à l'intérieur des conformères partiellement repliés. Via cette structure, nous avons proposé un mécanisme de liaison à l'ADN composé d'un mélange de sélection conformationelle et de repliement assisté par l'ADN. Premièrement, l'état partiellement replié lie directement le sillon majeur de l'ADN par mode de sélection conformationelle. Cette étape permet la liaison de séquences d'ADN spécifique (ASp) et non-spécifique (ANSp). Ensuite, la région basique subit un repliement assisté par l'ADN de sa structure secondaire en hélice alpha. Nous avons proposé que le repliement et la stabilisation de cette région basique soient responsables de la discrimination entre les ASp et ANSp. Lorsque le complexe-ANSp est formé, la région basique est majoritairement non-repliée à cause des interactions non-favorables entre les chaînes-latérales de la protéine et l'ADN ce qui donne lieu à des complexes de faible affinité avec une haute probabilité de se dissocier. Dans le cas d'un complexe-ASp, les interactions favorables entre les chaînes-latérales clés de la région basique (e.g. E12) et l'ADN favorise l'équilibre vers la forme optimalement replié de la région basique et du complexe de haute affinité. Article 2: Afin de vérifier notre mécanisme proposé, nous avons réalisé des études de structure, stabilité thermodynamique et de dynamique de la protéine Max en complexe avec ASp (5'-CACGTG-3') et ANSp (5'-GGATCC-3') par Dichroïsme Circulaire (CD) et RMN. Nous démontrons qu'il y a une différence apparente d'affinité entre l'ASp (KD=110 8) et l'ANSp (KD=1106) pour Max. Aussi, le complexe-ASp contient plus de structure secondaire par rapport au complexe-ANSp. Ces résultats supportent notre mécanisme où la région basique du complexe-ANSp est moins repliée. Par RMN, nous démontrons que la région basique du complexe-ANSp est plus dynamique et flexible que le complexe-ASp. Une analyse moléculaire de l'interface de liaison protéine/ADN montre que l'interaction clé entre la Glutamate E12 et les nucléotides CA de l'ASp est absente dans le cas de l'ANSp. Ceci mène à la dénaturation de la région basique dans le complexe NSD et permet la dissociation de l'ADN. Dans une vue d'ensemble, cette thèse présente un mécanisme pour la discrimination des Asp des ANSp par les facteurs de transcription b/HLH/LZ. Ces informations sont importantes pour le design rationnel de nouveaux agents thérapeutiques afin de combattre les cancers impliquant l'oncoprotéine c-Myc.fr
dc.language.isofre||engfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Simon Sauvéfr
dc.titleDétermination du mécanisme de discrimination entre l'ADN spécifique et non-spécifique par les facteurs de transcription B/HLH/LZfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePharmacologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record