Show simple document record

dc.contributor.advisorMorisset, Jeanfr
dc.contributor.authorJulien, Sofifr
dc.date.accessioned2014-05-16T14:57:34Z
dc.date.available2014-05-16T14:57:34Z
dc.date.created2004fr
dc.date.issued2004fr
dc.identifier.isbn0494001992fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4189
dc.description.abstractDe nombreuses études ont démontré des changements dans le métabolisme de la somatostatine (SS) pancréatique au cours du diabète chez l'humain et chez des modèles animaux expérimentaux. Cependant les résultats sont à ce jour contradictoires, puisque dans certaines études l'expression du messager et les contenus de la SS pancréatique sont augmentés alors qu'ils sont diminués dans d'autres études.De plus, le rôle de l'insuline sur la sécrétion de la SS pancréatique reste lui aussi ambigu. Des études ont en effet montré un effet soit inhibiteur, soit stimulateur, d'autres ont aussi démontré que l'insuline pouvait n'avoir aucun effet sur la sécrétion de la SS pancréatique. Dans tous les cas, jamais aucun mécanisme n'a été mis en évidence, ni même suggéré pour expliquer l'un ou l'autre des résultats observés. Dans cette étude nous avons effectué une étude in vivo sur des rats d'une part, et in vitro à partir d'îlots purifiés de rats et de cellules RIN-14B produisant la SS d'autre part. Pour les études in vivo et in vitro impliquant l'utilisation des rats, nous avons travaillé à partir de 4 groupes d'animaux: contrôles, diabétiques induits par la streptozotocine, diabétiques induits par la streptozotocine traités à l'insuline, et diabétiques induits par la streptozotocine traités à l'insuline suivit d'une interruption du traitement pendant 21 jours. L'ensemble de ces études a eu pour but de démontrer d'une part que les îlots de Langerhans purifiés de pancréas normal ou diabétique étaient un bon modèle pour l'étude de la physiologie de la SS pancréatique in vivo et in vitro . Nous avons démontré que l'expression et les contenus de la SS pancréatique augmentaient significativement au cours du diabète, qu'un traitement à l'insuline ramenait aux valeurs contrôles l'expression et les contenus de la SS. Finalement, un arrêt de ce traitement ramenait l'expression et les contenus en SS comparables à l'état de diabète initial. D'autre part, l'étude in vitro sur une lignée cellulaire produisant la somatostatine, RIN-14B, a permis de mettre en évidence que l'effet négatif de l'insuline était directement dépendant de sa concentration et du temps d'incubation sur l'expression du messager et des contenus de la SS mais totalement indépendant de la concentration de glucose. Finalement, l'effet négatif de l'insuline sur l'expression de la SS pancréatique requiert la synthèse de novo d'au moins un facteur protéique.De plus, il est probablement médié par une voie mettant en jeu le couplage d'une protéine Gi avec le récepteur à tyrosine kinase de l'insuline, suggérant ainsi l'implication d'une voie dépendante de l'AMPc.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Sofi Julienfr
dc.titleRégulation par l'insuline de la physiologie pancréatique de la somatostatine chez le ratfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineBiologie cellulairefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record