Show simple document record

dc.contributor.advisorCoallier, Jean-Claudefr
dc.contributor.authorBoucher, Karinefr
dc.date.accessioned2014-05-14T14:19:48Z
dc.date.available2014-05-14T14:19:48Z
dc.date.created1997fr
dc.date.issued1997fr
dc.identifier.isbn0612265498fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/414
dc.description.abstractDans notre société, il est inquiétant de constater qu'une partie non négligeable des diplômé(e)s universitaires soit confrontée à une difficile transition études-travail. Ainsi, malgré les nouvelles façons de stimuler l'intégration en emploi, par exemple les programmes coopératifs et les programmes d'entrepreneuriat, certains finissants et finissantes ont encore d'énormes difficultés à se trouver un travail. Il faut toutefois nuancer ces propos, car ce ne sont pas toutes les disciplines de l'ingénierie qui font face à ces difficultés. Le problème semble surtout s'attaquer aux finissants et finissantes d'ingénierie civil, mécanique et électrique, tandis que les diplômé(e)s qui sont issus des programmes de génie informatique, industriel, chimique, métallurgique, géologique, physique et minier semblent avoir plus de facilité à s'insérer dans le marché de l'emploi. Nous proposons, dans la première partie de ce document, d'identifier certaines causes de nature socio-économique qui expliquent en partie cette situation difficile (Charette, 1995). Ensuite, nous dresserons un portrait de la situation des bacheliers en ingénierie par rapport à leur intégration sur le marché de l'emploi. Par ailleurs, nous explorerons différentes stratégies d'intégration en emploi proposées en vue de faciliter le processus d'insertion. Ainsi, nous ferons un bref survol de certaines stratégies de nature structurelle et d'autres inhérentes à la personne. Les considérations précédentes nous permettront de préciser notre objet d'étude, c'est-à-dire la prédiction de l'intention de se trouver un emploi à l'aide de facteurs inhérents à la personne. La deuxième partie traite des aspects méthodologiques utilisés pour la réalisation de cette étude. La troisième partie fait part des résultats obtenus reliant les variables de la personnalité et d'autres variables subjectives inhérentes à la personne et à l'intention d'obtenir un emploi. Finalement, la quatrième partie conclura le présent document de recherche avec une interprétation des résultats. --Résumé abrégé par UMI.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Karine Boucherfr
dc.titlePrédiction de l'intention de se trouver un emploi chez les finissants et finissantes en ingénierie à l'aide de facteurs subjectifs inhérents à la personnefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineOrientation professionnellefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record