Show simple document record

dc.contributor.advisorBastin, Marcelfr
dc.contributor.authorLemieux, Brunofr
dc.date.accessioned2014-05-16T14:57:11Z
dc.date.available2014-05-16T14:57:11Z
dc.date.created2000fr
dc.date.issued2000fr
dc.identifier.isbn0612671127fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4138
dc.description.abstractLes activités biochimiques associées à la région amino-terminale de l'antigène grand T du virus du polyome ne sont pas encore bien identifiées. Il y a de plus en plus d'évidences qu'une partie de cette région forme une structure comparable à celle retrouvée sur les protéines du type DNA J. Ce"domaine J" est impliqué dans l'interaction avec des membres de la famille des protéines"heat shock" de 70 kD. Pour l'antigène grand T (LT), cette structure permet la liaison à Hsc70. La présence de mutations dans le domaine J putatif de LT entraîne l'inactivité de la protéine à plusieurs niveaux, que ce soit dans la transactivation de promoteur, dans l'immortalisation ainsi que dans la réplication de l'ADN viral. LT semble donc avoir besoin de ce partenaire cellulaire dans certaines sinon toutes ses activités biologiques. L'antigène grand T perturbe le contrôle du cycle cellulaire en agissant sur les protéines de la famille Rb. L'inactivation de pRb ne s'effectue pas par la simple séquestration de cette dernière. Le domaine J de grand T participe en cis à l'inactivation de pRb. Par la transactivation d'un promoteur E2F, nous avons démontré qu'il y a une complémentation entre un mutant du domaine J et un mutant du site de liaison à pRb, en autant que l'oligomérisation entre ces mutants soit possible. Le domaine J semble également être impliqué dans l'activation de la réplication virale. La présence d'un domaine J en N-terminal est important à grand T dans la réplication mais aussi pour un événement survenant en trans lors de la stimulation de la réplication virale par le domaine amino-terminal. Ainsi, l'initiation de la réplication par l'antigène grand T implique le domaine J lors d'au moins deux étapes. L'une de ces étapes peut être une modification de l'état de phosphorylation de l'antigène, permettant ainsi la dénaturation de l'origine et l'initiation de la réplication. Le réarrangement des protéines intervenant dans la réplication et la formation de complexes peuvent également être en cause lors des différentes étapes impliquant la participation du domaine J et de la chaperonne Hsc70 associée. De plus, l'absence d'un site de phosphorylation (a.a. 271-280) de grand T impliqué dans la réplication attribue un caractère dominant-négatif au mutant LTdl97. Par la formation d'hexamères hétérogènes avec grand T, LTdl97 prévient un événement de phosphorylation et/ou de déphosphorylation qui serait important dans la coopérativité du double hexamère lors de l'initiation de la réplication virale.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Bruno Lemieuxfr
dc.titleFonctions du domaine amino-terminal de l'antigène grand T du virus du polyomefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineBiochimiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record