Show simple document record

dc.contributor.advisorGagnon, Fabienfr
dc.contributor.advisorDubois, Marie-Francefr
dc.contributor.authorLafontaine, Brunofr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:58Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:58Z
dc.date.created2010fr
dc.date.issued2010fr
dc.identifier.isbn9780494797549fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/4042
dc.description.abstractIntroduction: II existait, en 2001, une très grande disparité géographique dans I'incidence d'utilisation des hormones thyroïdiennes (HT) entre les territoires de centre local de services communautaires (CLSC) au Québec. Comme de tels excès géographiques n'étaient pas liés à une variation dans les pratiques médicales, l‘hypothèse des facteurs environnementaux pourrait expliquer cette situation. Compte tenu que certaines études de type cas-témoins et de cohortes suggèrent la possibilité d'un lien entre I'exposition aux BPC, à des niveaux élevés d'l, au tabagisme et I'accroissement du risque d'hypothyroïdie, I'objectif de cette étude était de vérifier s'il existait une relation entre I'incidence de ('utilisation des HT synthétiques au Québec par territoires de CLSC et la proportion de sujets exposés à ces facteurs de risques via leurs habitudes de vie. Ceci à des fins d'exploration de facteurs qui pourraient expliquer, du moins en partie, la disparité géographique de I'incidence locale d'hypothyroïdie au Québec. Méthodes : Pour ce faire, I'incidence de I'hypothyroïdie fut estimée sur la base de I'utilisation des HT synthétiques par territoires de CLSC. L'exposition aux BPC fut considérée anormalement élevée chez les consommateurs de huit repas de poissons et plus par mois. L'exposition à I'l fut considérée anormalement élevée pour une consommation de trois repas et plus par mois de fruits de mer. La proportion de fumeurs réguliers pour chaque territoire de CLSC fut considérée pour le tabagisme. Les données de consommation d'HT parmi les personnes assurées par le régime public d'assurance médicaments du Québec ont servi à estimer I'incidence de I'hypothyroïdie de 1998 à 2001 chez les hommes pour 154 des 169 territoires de CLSC du Québec et chez les femmes pour 157 territoires. Séparément par sexe, elles ont été mises en relation avec des données sur la consommation de poissons et de fruits de mer (Enquête santé sur les usages et perceptions du Saint-Laurent (1995)) ainsi que sur la proportion de fumeurs réguliers (Enquête sociale et de santé 1998). Les données provenant de ces différentes sources ont d'abord été ramenées sur une base de territoire de CLSC. Les proportions de grands consommateurs de poissons (> huit repas par mois) et de fruits de mer (> trois repas par mois) ont pu être estimées pour une cinquantaine de territoires alors que la proportion de fumeurs réguliers était disponible pour la presque totalité des territoires. Résultats : La proportion de grands consommateurs de poissons, de fruits de mer et de fumeurs réguliers ne sont pas liées au taux d'incidence standardisé d'utilisation d'HT (cas/100 000 personnes de 1998 à 2001) par territoire de CLSC, ni chez les hommes, ni chez les femmes. La relation avec la proportion de fumeurs réguliers est significative pour les deux sexes dans les modèles de régression linéaire multiple (RLM ; hommes : n = 49, p < 0,001 ; femmes : n = 55, p < 0,004). Conclusion : Cette étude écologique ne permet pas d'établir un lien entre la consommation de poissons et de fruits de mer ainsi que le tabagisme et I'incidence de I’hypothyroïdie. L'association significative dans la RLM entre le taux d'incidence standardisé d'utilisation d'HT et la proportion de fumeurs réguliers est visiblement affectée par trois territoires de CLSC de la Côte-Nord qui ont à la fois une forte proportion de fumeurs ainsi qu'un taux élevé d'incidence standardisé d'utilisation d'HT. L'information sur le type d'hypothyroïdie (franche ou subclinique) n'étant pas disponible, il est plausible que cela masque une association entre les variables indépendantes et I’hypothyroïdie franche. II se peut également qu'un seuil minimal d'exposition aux BPC ou aux composés chimiques contenus dans la fumée de cigarette soit nécessaire pour avoir un effet sur la thyroïde. Enfin, l'exposition au sélénium contenu dans le poisson et les fruits de mer pourrait représenter un facteur protecteur contre le développement de I’hypothyroïdie.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Bruno Lafontainefr
dc.subjectTabac et consommationfr
dc.subjectFruits de merfr
dc.subjectPoissonsfr
dc.subjectHypothyroïdiefr
dc.titleÉtude écologique sur l'association entre l'hypothyroïdie et la consommation de poissons et de fruits de mer ainsi que le tabagisme au Québecfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record