Show simple document record

dc.contributor.advisorStankova, Janafr
dc.contributor.advisorRola-Pleszscynski, Marekfr
dc.contributor.authorNoël, Cynthia Jennyfr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:41Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:41Z
dc.date.created2008fr
dc.date.issued2008fr
dc.identifier.isbn9780494534168fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/3974
dc.description.abstractLe PAF (facteur d'activation des plaquettes) est un médiateur lipidique de l'inflammation très puissant impliqué dans plusieurs conditions pathophysiologiques.Le PAF agit principalement via un seul récepteur, le PAFR qui appartient à la famille des récepteurs couplés aux protéines G, les GPCRs. Le"two state model" assume que les GPCRs existent dans un état d'équilibre entre un état inactif (R) et un état actif (R*). L'isomérisation de R vers R* peut arriver de façon spontanée, c'est à dire indépendamment de la liaison d'un agoniste. Dans ces travaux de recherche, nous avons tenté de déterminer la propriété antagoniste et agoniste inverse des molécules orthostériques (WEB2086, PCA4248, FR49175, bromure d'octylonium, CV3988 et le Trans BTP dioxolane) à activer la voie des MAPK ainsi que le cycle biochimique des inositols phosphates dans la lignée cellulaire HEK 293 transfectée de façon stable avec le récepteur du PAF. De plus, l'activité potentiellement allostérique sur le PAFR de modulateurs synthétiques tels le THG-315, le THG-316 et MAREK a également été investiguée dans la même lignée cellulaire. Finalement, des surnageants d'hybridome 9H1/1C1, 9F5/1H4, 9F5/1H4, 9F5/1F8, 9F5/2B3 et 9F5/2E4 contenant des anticorps monoclonaux, dirigés tous contre un peptide qui équivaut à la région C-terminale de la troisième boucle extracellulaire du PAFR: GFQDSKfHQA ont également été utilisés, afin : (1) de déterminer le meilleur clone en terme d'affinité et de spécificité et (2) effectuer des tests pour savoir s'ils possèdent des propriétés agonistes ou antagonistes sur le PAFR. En conclusion, les résultats obtenus nous indiquent que : (1) l'efficacité des molécules orthostériques à antagoniser les réponses induites par le PAF dépend de leur nature et de leur concentration, (2) les modulateurs potentiellement allostériques utilisés ne modulent aucune des voies majoritairement connues pour être activées par le PAFR, et (3) qu'il n'y a aucun marquage spécifique du PAFR avec les surnageants d'hybridomes utilisés.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Cynthia Jenny Noëlfr
dc.subjectModulateurs potentiellement allostériquesfr
dc.subjectActivation orthostériquefr
dc.subjectGPCR (G protein coupled receptor)fr
dc.subjectPAFR (Platelet activating factor receptor)fr
dc.subjectPAF (platelet activating factor)fr
dc.titleModulation orthostérique et allostérique du PAFR par des molécules synthétiquesfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineImmunologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record