Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]fr
dc.contributor.authorCambron-Goulet, Évelynefr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:37Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:37Z
dc.date.created2008fr
dc.date.issued2008fr
dc.identifier.isbn9780494533826fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/3964
dc.description.abstractLes maladies reliées à l'exposition à l'amiante sont un problème de santé publique préoccupant. Une proportion de plus en plus grande des cas déclarés est attribuable à une exposition professionnelle dans le secteur de la construction. Un programme de dépistage de l'amiantose a été lancé au Québec en 2006 pour les travailleurs de la construction. Dans la plupart des régions, le programme consistait en l'envoi d'une lettre d'invitation aux travailleurs admissibles et à la réalisation des radiographies de dépistage pour les travailleurs volontaires. Dans une perspective de prévention primaire, un important volet informatif a été ajouté au programme en Montérégie, sous forme d'entrevue téléphonique avec une infirmière. Objectifs de l'étude. (1) Décrire la participation au programme de dépistage dans les régions à l'étude (Montérégie, Lanaudière et Laval). (2) Évaluer les effets du programme de dépistage de l'amiantose sur l'adoption de comportements préventifs. Méthodologie. La participation au programme, dont les activités variaient dans les trois régions à l'étude (Montérégie: lettre (L), relance téléphonique (R), information téléphonique (T) et radiographie de dépistage (RX) au printemps 2007; Lanaudière: L + RX au printemps 2007; Laval: L + R + RX à l'automne 2007), a été évaluée à partir du nombre de travailleurs exposés à chacune des activités spécifiques aux régions. Une grille de collecte a été élaborée pour obtenir ces données à l'hiver 2008 auprès des infirmières responsables du programme dans les régions à l'étude.Les effets du programme ont été évalués par une étude quasi expérimentale post-test avec deux groupes témoins non équivalents. Un questionnaire téléphonique validé a été administré à 421 travailleurs (taux de réponse de 53%) des trois régions à l'étude à l'automne 2007: (1) 218 travailleurs de la Montérégie (L+T), 2) 132 travailleurs de Lanaudière (L seulement), et 3) 71 travailleurs de Laval, avant leur exposition au programme.Les groupes ont été comparés sur des variables dépendantes, issues de Extended Parallel Process Model et de la Théorie de l'action raisonnée : la perception de la sévérité et de la susceptibilité aux maladies associées à l'amiante, et la perception de l'efficacité et de la capacité, l'attitude et l'intention d'adopter les comportements préventifs. Ces variables ont été mesurées par scores (valeurs de 1 à 5), puis dichotomisées (score = 5 ou score <5) afin de procéder à la régression logistique. La consistance interne du questionnaire et sa fidélité test-retest ont été évaluées auprès de 30 travailleurs de la région des Laurentides à l'été 2007. Résultats. La participation à la radiographie de dépistage semble améliorée par la mise en place d'une relance téléphonique pour rejoindre les travailleurs n'ayant pas répondu spontanément à la lettre d'invitation. En Montérégie, 38% des travailleurs admissibles ont passé une radiographie. Cette proportion est de 37% à Laval et de 17% dans Lanaudière. La régression logistique montre peu de différences entre les groupes concernant les variables dépendantes.Les moyennes sont élevées ([plus grand ou égal] 4,5/5) dans tous les groupes pour la plupart des variables, traduisant une perception élevée de la sévérité des maladies et de l'efficacité et de la capacité relatives aux comportements préventifs. Pour la susceptibilité à la maladie et le comportement"identifier les matériaux qui contiennent de l'amiante", les moyennes sont faibles dans tous les groupes ([plus petit ou égal] 4/5). Conclusion. Le volet informatif du programme de dépistage ne semble pas avoir eu d'effet. Étant donné les moyennes élevées dans tous les groupes, la possibilité d'amélioration au regard des variables considérées était probablement faible.Les actions visant l'amélioration de la perception des travailleurs de leur susceptibilité aux maladies, de leurs connaissances et de leurs compétences pour reconnaître les matériaux qui contiennent de l'amiante devraient être renforcées.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Évelyne Cambron-Gouletfr
dc.subjectPneumoconiosesfr
dc.subjectDépistage populationnelfr
dc.subjectÉvaluation de programmefr
dc.subjectPrévention primairefr
dc.subjectMaladies professionnellesfr
dc.subjectAmiantosefr
dc.titleÉvaluation des effets du programme de dépistage de l'amiantose chez les travailleurs de la construction en Montérégiefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record