Show simple document record

dc.contributor.advisorMarchand, Sergefr
dc.contributor.authorSpooner, Marie-Francefr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:21Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:21Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/3889
dc.description.abstractDe façon générale, les femmes sont plus sensibles à la douleur et sont plus prédisposées à vivre des douleurs chroniques que les hommes. L'implication des hormones sexuelles dans ces différences selon le sexe est l'un des sujets d'étude auxquels nous sommes intéressés dans nos laboratoires. Afin de mieux comprendre le rôle des hormones sexuelles dans les processus douloureux, deux projets ont été réalisés. Dans le cadre de ce mémoire, l'implication des opioïdes et de acide [gamma]-aminobutyrique (GABA) ont été étudié dans les mécanismes d'inhibition selon les sexes. Par ailleurs, le rôle du récepteur béta de l'estrogène dans différents processus de nociception a été analysé. Tout d'abord, les études antérieures dans nos laboratoires ont démontré que les mécanismes d'inhibition de la douleur, pendant le test à la formaline, ne sont pas recrutés aussi efficacement chez les femelles que chez les mâles et que l'estrogène et la progestérone semblent jouer un rôle important sur ces mécanismes d'inhibition. Dans le but de mieux comprendre ces différences, nous nous sommes intéressés aux neurotransmetteurs impliqués dans cette inhibition ainsi qu'à la relation entre ces neurotransmetteurs et les hormones sexuelles dans ce processus. Ainsi, l'implication des opioïdes et du GABA, des neurotransmetteurs ayant des propriétés analgésiques endogènes, a été étudiée dans les mécanismes d'inhibition de l'interphase du test à la formaline. Des tests à la formaline ont été effectués suite à l'administration de différents antagonistes opioïdergiques et gabaergiques chez des rats des deux sexes ayant subi ou non des gonadectomies. Ces expériences ont démontré que les mécanismes d'inhibition semblent impliquer majoritairement les opioïdes chez les femelles alors que les opioïdes sont faiblement impliqués chez les mâles. Par ailleurs, les hormones sexuelles modulent ce mécanisme. D'un autre côté, les mécanismes d'inhibition des mâles possèdent une composante gabaergique qui semble absente chez les femelles. Par conséquent, les neurotransmetteurs ne sont pas impliqués dans les mêmes proportions selon le sexe dans les mécanismes endogènes d'inhibition de la douleur en interphase. Par ailleurs, plusieurs études ont démontré l'implication de l'estrogène dans le domaine de la douleur, par contre le rôle respectif des récepteurs alpha (ER-[alpha]) et béta (ER-[bêta]) de l'estrogène dans les processus de nociception demeure inconnu. ER-[alpha] semble plus associé aux fonctions reproductrices alors que ER-[bêta] semble être le récepteur responsable des autres effets de l'estrogène. Par conséquent, nous avons décidé d'étudier le rôle de ER-[bêta] dans différents processus de douleur. Pour ce faire, des tests comportementaux (plaque chaude et formaline) ont été effectués chez des souris des deux sexes exprimant ou non ER-[bêta]. Ces expériences ont permis de démontrer que ER-[bêta] est impliqué dans les mécanismes d'inhibition, mais pas dans les processus de douleur aiguë et tonique. En fait, les mécanismes d'inhibition semblent être recrutés plus efficacement chez les femelles qui n'expriment pas le récepteur ER-[bêta] comparativement à celles qui l'ont.De plus, des analyses immunohistochimiques du c-fos ont permis de corréler cette diminution de comportements nociceptifs en interphase avec une réduction de l'activité neuronale au niveau spinal. Une meilleure caractérisation de l'implication de ER-[bêta] dans les processus douloureux ainsi que de l'implication de différents neurotransmetteurs dans les mécanismes d'inhibition permettra de mieux comprendre les bases neurohormonales à l'origine de ces divergences, dans le but d'orienter le traitement pharmacologique des douleurs chroniques en fonction des sexes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie-France Spoonerfr
dc.titleImplications des hormones sexuelles, des opioïdes et du gaba dans les mécanismes d'inhibition de la douleurfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhysiologiefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record