Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]fr
dc.contributor.authorSylvain, Chantalfr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:13Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:13Z
dc.date.created2006fr
dc.date.issued2006fr
dc.identifier.isbn9780494260517fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/3863
dc.description.abstractContexte. Le manque d'adhésion aux stratégies d'intervention est un problème fréquemment observé chez les patients qui présentent un trouble grave de santé mentale. Ses [i.e. Ces] conséquences peuvent être sérieuses, et ce, particulièrement au moment d'un premier épisode psychotique. Selon plusieurs auteurs, l'organisation des services exercerait une influence importante sur l'adhésion des patients. Cependant, en dépit des ressources importantes qui sont consenties au traitement intra hospitalier des patients psychiatriques, les connaissances concernant les modes organisationnels qui y sont privilégiés demeurent limitées. La présente étude a tenté de combler cette lacune. Objectif. Établir une taxonomie des modes d'organisation à partir des variations notées dans l'organisation des services hospitaliers destinés aux personnes qui consultent à l'urgence en raison d'un premier épisode psychotique. Méthode. Une étude descriptive simple a été réalisée. Des entrevues effectuées auprès de deux informateurs clés dans chacun des 13 hôpitaux de l'île de Montréal dotés d'un département de psychiatrie et d'une urgence ont permis de documenter différentes dimensions de l'organisation des services, soit la vision, la structure organisationnelle, les ressources et les pratiques. Les données ont été analysées en s'inspirant de l'approche configurationnelle et les résultats soumis à un comité d'experts à des fins de validation. Résultats. Quatre modèles d'organisation différents ont pu être distingués. La diversité des mécanismes de coordination mis en place afin d'assurer un agencement logique des services constitue un premier contraste observé entre les modèles. Ce contraste permet de distinguer deux modèles dits"coordonnés" et deux modèles dits"peu coordonnés". Chacun de ces types peut également être distingué selon l'étendue de l'offre de services qui s'y trouve. Ce second contraste permet d'obtenir des modèles qui sont dits"variés" ou"limités". Conclusion. Cette étude a permis de tracer pour la première fois un portrait des caractéristiques organisationnelles du réseau hospitalier montréalais dans la prise en charge des patients qui consultent à l'urgence, particulièrement ceux avec un premier épisode psychotique. La taxonomie des modèles d'organisation qui en découle représente par conséquent un premier jalon pour étudier l'influence des facteurs organisationnels sur différentes mesures de résultats, dont l'adhésion aux stratégies d'intervention de ces patients.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Chantal Sylvainfr
dc.subjectAdhésion au traitementfr
dc.subjectRecherche qualitativefr
dc.subjectPremier épisode psychotiquefr
dc.subjectModèles d'organisationfr
dc.subjectPrestation de services de santéfr
dc.titleModes d'organisation de la prise en charge des patients avec un premier épisode psychotique dans les hôpitaux montréalaisfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record