Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]fr
dc.contributor.authorDada, Yasminafr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:08Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:08Z
dc.date.created2006fr
dc.date.issued2006fr
dc.identifier.isbn9780494259733fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/3842
dc.description.abstractLes Comores sont un archipel de quatre îles (Mohéli, Anjouan, Grande Comores, Mayotte) situées dans l'Océan Indien à 300 kilomètres à l'entrée nord du canal de Mozambique et au nord-ouest de Madagascar. L'île de Mayotte est toujours sous tutelle française et ainsi ce projet se limite aux trois premières îles qui constituent l'Union des Comores. L'objectif de cette recherche est de mener une étude de séroprévalence du VIH/SIDA et de la syphilis couplée à une enquête socio comportementale de type Comportement Attitude Pratique. Pour réaliser cette étude, les 1929 ménages d'un échantillon représentatif qui avaient déjà participé à une enquête sur l'accès aux soins de santé (EAS) en 2002 ont été contactés entre juillet et septembre 2003. L'échantillon des personnes âgées de 15 à 49 ans était estimé à 5569. Les personnes éligibles étaient invitées à répondre à un questionnaire standardisé et à faire un prélèvement de gouttes de sang capillaire sur papier filtre. Ces échantillons ont été analysés pour la présence d'anticorps contre le VIH et d'anticorps antitréponème. La durée de l'interview était en moyenne de 40 minutes et la collecte des données s'est déroulée pendant 2 mois et 10 jours. Cette phase a nécessité la formation de 5 équipes constituées chacune de 4 enquêteurs et de 2 techniciens de laboratoire sous la supervision d'un chef d'équipe. Pour chacune des variables recueillies, les résultats ont été décrits selon l'île, l'âge, le sexe et la zone de résidence (urbaine ou rurale). Des analyses univariées et multivariées ont été réalisées afin de déterminer les facteurs associés à un statut sérologique positif. Nous avons identifié 4812 répondants sur 5569. Parmi eux, 4167 (87%) ont répondu au questionnaire et 4024 (97%) ont accepté de se soumettre au prélèvement de sang. Nous avons noté peu de différence entre l'échantillon des personnes identifiées (4812) et celui des personnes ayant participé à l'enquête (4167). Ceci nous assure une bonne représentativité des résultats selon l'âge, le sexe, l'île et la zone de résidence. Les résultats du questionnaire montrent que la grande majorité des personnes ont entendu parler du VIH (94.8%) et la transmission par voie sexuelle demeure la plus connue (86.2%). Seulement 1.9% étaient capable de citer les trois facteurs de transmission du SIDA. Les deux tiers des répondants (66.8%) déclarent connaître d'autres infections transmissibles sexuellement (ITS). Près de 94% des personnes interrogées ont déjà entendu parler du préservatif masculin alors qu'elles étaient seulement 19.6% à connaître le préservatif féminin. Parmi les personnes sexuellement actives au cours de la dernière année, 31.1% ont utilisé un préservatif et ce principalement pour prévenir les infections (57.9%) ou comme méthode contraceptive (34.9%). Presque la moitié des répondants (46.1%) ne connaît pas un lieu où se procurer un préservatif. Les résultats sérologiques après confirmation révèlent un seul prélèvement capillaire positif au test du VIH/SIDA pour une prévalence de 0.025% (IC à 99%:0.001%-0.19%). Ce résultat nous limite au niveau des analyses statistiques pour déceler une association entre le statut sérologique et les données sociocomportementales. Un total de 143 prélèvements étaient positifs au test de dépistage des anticorps antitréponème soit une prévalence de 3.6% (IC 99%:2.9%-4.4%). L'analyse multivariée a montré que la résidence en zone rurale est la seule variable associée au statut sérologique positif pour la syphilis. Cette étude vient confirmer la faible prévalence du VIH/SIDA qui était estimé à 0.12% selon les données officielles de l'ONUSIDA. Le pays a été vraisemblablement protégé par son statut insulaire et l'omniprésence de la circoncision masculine. La syphilis est actuellement peu répandue. L'analyse multivariée suggère fortement que la plupart des anticorps antitréponème détectés correspondent à une tréponématose non-vénérienne transmise pendant l'enfance. En effet, la prévalence reste presque identique dans les différentes tranches d'âges 15-19 ans, le 20-29 ans et plus de 30 ans alors qu'elle devait augmenter avec l'âge et le nombre de partenaires sexuels. Les données comportementales montrent une sous-information de la population quant à la connaissance des facteurs de transmission du VIH/SIDA et les signes des ITS. Des efforts doivent être faits pour améliorer ces connaissances ainsi que celles des méthodes de prévention contre les ITS dans le pays. Cela est nécessaire pour empêcher la transmission du VIH dans la population.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Yasmina Dadafr
dc.titleÉtude de séroprévalence du VIH/SIDA et de la syphilis auprès de la population adulte des îles Comoresfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record