Show simple document record

dc.contributor.advisorVanasse, Alainfr
dc.contributor.advisorPiché, Jacquesfr
dc.contributor.authorBeaudoin, Mathieufr
dc.date.accessioned2014-05-16T12:48:05Z
dc.date.available2014-05-16T12:48:05Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.isbn9780494259351fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/3828
dc.description.abstractL’ostéoporose est un problème grandissant de santé publique au Canada, particulièrement dans le contexte d’une population vieillissante. Cette maladie touche jusqu’à une femme sur quatre et un homme sur huit. Elle est caractérisée par une densité osseuse faible qui augmente la fragilité des os. Son développement est souvent asymptomatique et la maladie ne sera détectée qu’à la suite de complications morbides, particulièrement à la suite d’une fracture de fragilisation. Les lignes de conduite publiées recommandent l’utilisation de l’ostéodensitométrie pour la confirmation du diagnostic d’ostéoporose et le suivi de la maladie. Ce test est particulièrement recommandé pour les populations à risque, par exemple pour les femmes âgées de plus de 65 ans ayant subi une fracture de fragilisation. Par contre, les fournisseurs d’ostéodensitométrie sont concentrés dans les régions urbaines et son utilisation varie grandement d’un milieu à l’autre. L’accès à ce service est une contrainte majeure à son utilisation. Le but principal de ce projet est de mesurer l’accessibilité géographique à l’ostéodensitométrie pour la population féminine à risque au Québec. La variable principale est l’indice d’accessibilité adapté de Piché et Côté, basé sur le modèle gravitationnel. La population étudiée est composée des femmes de 65 ans et plus ayant subi une fracture de fragilisation au Québec entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2000. Le modèle gravitationnel prend en compte des mesures de l’offre et de la demande de service. Il prend aussi en compte la distance qui sépare les populations des centres de services. Une mesure de distance utilisée est le coût de transport en temps (minutes) du chemin minimal sur le réseau routier entre le centroïde démographique du territoire et le centre de services. Deux découpages territoriaux à deux échelles différentes sont utilisés pour l’agrégation des données, soient les 169 territoires de CLSC et les 18 Régions socio-sanitaires présents en 2000. Les analyses sont de deux ordres. La première série d’analyses vise à décrire les mesures d’accès calculées à partir de l’indice d’accessibilité adapté de Piché et Côté et à les comparer à d’autres variables, telles que l’utilisation réelle des tests ou une mesure de besoin. La seconde série vise à tester la robustesse du modèle gravitationnel utilisé et à estimer sa performance d’un point de vue théorique et logique, au-delà des associations statistiques. Pour y arriver, des simulations de scénarios hypothétiques sont effectuées pour vérifier si le modèle réagit dans le sens attendu. Les résultats démontrent une association statistiquement significative entre la mesure d’accès géographique calculée à partir du modèle gravitationnel et l’utilisation réelle du test d’ostéodensitométrie, ainsi qu’une relation inversement proportionnelle entre l’utilisation réelle du test et la distance qui sépare les populations des centres de services.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Mathieu Beaudoinfr
dc.subjectAccessibilitéfr
dc.subjectOstéoporosefr
dc.subjectOstéodensitométriefr
dc.subjectModèle gravitationnelfr
dc.titleAccessibilité géographique potentielle à l'ostéodensitométrie pour la population féminine à risque du Québecfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences cliniquesfr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record