Show simple document record

dc.contributor.advisorHébert, Pierrefr
dc.contributor.authorNicol, Patrickfr
dc.date.accessioned2014-05-15T18:09:29Z
dc.date.available2014-05-15T18:09:29Z
dc.date.created2003fr
dc.date.issued2003fr
dc.identifier.isbn0612905810fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2737
dc.description.abstractLa thèse se divise en trois parties. Un premier essai pose la question:"Comment les romans nous touchent-ils?" et tente d'y apporter une réponse en regard au roman contemporain. Le travail se termine par un court roman qui met en pratique les réponses ébauchées dans le premier texte. Entre ces deux parties, un court essai fait le lien entre la théorie et la pratique en décrivant les stratégies qui visent à en déterminer la lecture.La lecture est ici envisagée comme un récit produit par le lecteur. L'auteur est le premier personnage de cette histoire. Construit par le lecteur, il est imaginé tendu vers un objectif pour lequel l'écriture du roman est un moyen. Cette tension vers le but de l'auteur est appelée motif. Certains motifs d'écriture amènent l'adhésion du lecteur alors que d'autres le portent à se rebiffer. De façon générale, les motifs liés à des enjeux strictement littéraires, animés par un esprit d'ambition et de capitalisation sont perçus négativement alors que la quête d'authenticité et l'implication réelles sont approuvées. En somme, l'écriture, perçue comme un geste, est évaluée selon l'intention qui la porte. Une bonne partie du premier essai est consacrée à l'examen des traces textuelles semblant trahir l'un ou l'autre des motifs. Si l'examen des motifs donne au lecteur des réponses satisfaisantes, celui-ci pourra s'abandonner à l'enseignement du roman, sa véritable contribution. L'enseignement n'est pas un savoir transmis par la rédaction, mais plutôt un mouvement, un acte qui trouve son sens au moment de l'écriture. Ce type d'enseignement dessine la figure d'un auteur impliqué et incertain qui se commet dans l'acte d'écrire.La [i.e. Le] premier essai se termine sur un examen du lien, qui est l'appel contenu dans le roman, le désir exprimé par l'oeuvre d'être reçue par le lecteur. Le roman s'intitule Nous ne vieillirons pas. Il relate la rencontre entre un étudiant et un professeur qui lui ressemble étrangement. Par les cours et les discussions qu'il a avec le professeur, l'étudiant réfléchit à la façon dont il vieillira. C'est par la voix qui réfléchit, tantôt de façon ironique tantôt de façon métaphorique, que le roman tend vers une connaissance conforme aux attentes du lecteur actuel. L'essai médian tente de retrouver dans le roman les figures qui en déterminent les motifs tels qu'ils apparaîtront dans l'esprit du lecteur et examine les modalités d'émergence de l'enseignement et du lien dans le texte.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Patrick Nicolfr
dc.titleUn récit de la lecture essais et récitfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineLettres et littératurefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record