Show simple document record

dc.contributor.advisorLandry, Tristanfr
dc.contributor.advisorBienvenue, Louisefr
dc.contributor.authorMaurice, Davidfr
dc.date.accessioned2014-05-15T17:52:16Z
dc.date.available2014-05-15T17:52:16Z
dc.date.created2010fr
dc.date.issued2010fr
dc.identifier.isbn9780494656488fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2632
dc.description.abstractLe cinéma constitue un outil de représentation culturel très complet et complexe, de par la juxtaposition de l'image et du son au récit principal, mais aussi, car il permet de comprendre l'image qu'un individu et/ou une société véhicule d'elle-même et des autres.Le cinéma met en scène le présent d'un groupe ou d'une société, définit son rapport au passé et détermine un horizon d'attentes, des craintes et des espoirs pour le futur. C'est pourquoi le cinéma a été considéré très tôt par Lénine comme le support par excellence de la propagande d'État en Union soviétique, et ce, dès les premières années de la révolution, dans l'optique de favoriser la création de l'homme nouveau. Cette industrie, qui fut très florissante au XXe siècle, notamment en URSS, a permis de modeler et d'alimenter les consciences nationales un peu partout à travers le monde, et ce, plus particulièrement dans les périodes de crises et de transitions politiques et de transformations sociales. Dans ce contexte, le film Anna 6-18, du réalisateur Nikita Mikhalkov, tourné entre 1980 et 1993, une période de transition politique, économique, idéologique et sociale en URSS/Russie, constitue une oeuvre particulière puisque située au carrefour du documentaire, du pamphlet politique et du film de fiction. Alors que la décennie gorbatchévienne constitue une phase d'anamnèse des périodes sombres du passé soviétique, où le cinéma joue un rôle important dans la réminiscence des atrocités commises par l'État stalinien, le film de Mikhalkov, parut en 1993, correspond plutôt au désir de l'élite russe de mettre un terme à la crise de l'identité russe, de se dissocier du passé soviétique et de renouer avec l'histoire de la Russie tsariste afin de remplacer le dogme communiste par un retour aux valeurs orthodoxe. L'analyse de la démarche du réalisateur, de son bagage familial et de l'utilisation qu'il fait du passé prérévolutionnaire de ses ancêtres, des événements qu'il sélectionne et des personnes qu'il présente, devient alors des plus pertinente pour saisir l'univers des représentations chez Nikita Mikhalkov.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© David Mauricefr
dc.subjectCrise identitairefr
dc.subjectMémoirefr
dc.subjectNikita Mikhalkovfr
dc.subjectGlasnotfr
dc.subjectGorbatchevfr
dc.subjectUnion soviétiquefr
dc.subjectCinéma russefr
dc.titleÉvénements, histoire et mémoire la crise de l'identité russe dans le film "Anna 6-18" du réalisateur Nikita Mikhalkov (1980-1993)fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineHistoirefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record