Show simple document record

dc.contributor.advisorMorin, Paulfr
dc.contributor.advisorCouturier, Yvesfr
dc.contributor.authorCrevier, Mariefr
dc.date.accessioned2014-05-15T17:52:02Z
dc.date.available2014-05-15T17:52:02Z
dc.date.created2009fr
dc.date.issued2009fr
dc.identifier.isbn9780494494844fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2576
dc.description.abstractProblématique. Le domaine de la santé et des services sociaux au Québec vise depuis plusieurs années un déplacement des pratiques en institution vers la communauté, comme en témoignent plusieurs réformes et politiques sociales. Cette importante réorganisation du système socio-sanitaire a donné naissance à différents programmes d'intervention dite de proximité tels que les services à domicile, et ce, pour les diverses clientèles. Ces programmes amènent une reconfiguration de la relation entre l'intervenant et la personne usagère et une nouvelle façon d'entrevoir la distance professionnelle. Objectifs et méthodologie : Ce mémoire cherche à cerner la conception que se font les intervenants sociaux, d'une part, et les personnes usagères, d'autre part, de la proximité relationnelle qui se construit dans le cadre Ce sous-échantillon se compose de dix entrevues ( n=10 ) qui ont été effectuées auprès d'intervenants et de six entrevues (n=6 ) effectuées auprès de personnes usagères. Cadre conceptuel et théorique. La compréhension des représentations des intervenants et des usagers de la proximité s'appuie de la sociologie des régimes d'actions élaborée par Boltanski et Thévenot (1991) qui s'inspire d'une conception pragmatique de l'action (Boltanski et Thévenot, 1991; Thévenot, 2006; Corcuff, 1998; Dodier, 1991). La sociologie des régimes d'actions tient compte des interactions de face-à-face dans la vie quotidienne et des savoirs que déploient les individus dans le cadre de ces interactions. Résultats. Notre étude démontre premièrement que les intervenants accordent une valeur fonctionnelle à la relation de proximité qu'ils entretiennent avec l'usager dans le cadre de services dispensés à domicile. Par ailleurs, le domicile peut être également source de tensions et de paradoxes pour les intervenants, notamment en ce qui concerne leur conception de la distance professionnelle. Pour les usagers, nous avons pu constater que, tout comme les intervenants, ces derniers apprécient également la valeur fonctionnelle des services dispensés à domicile. Les services de proximité sont également source de tensions et de paradoxes pour les usagers, notamment en ce qui a trait à la confusion des rôles professionnels. Conclusion. La dimension paradoxale et les différentes tensions exprimées par les intervenants et les usagers ne constituent pas des contradictions, mais répondent à différentes logiques d'actions qui s'articulent entre elles. L'analyse devra se poursuivre en s'inspirant du concept des régimes d'engagements élaboré par Thévenot (2006).fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie Crevierfr
dc.subjectThévenotfr
dc.subjectBoltanskifr
dc.subjectRégime d'actionsfr
dc.subjectIntervention à domicilefr
dc.subjectDistance professionnellefr
dc.subjectProximité relationnellefr
dc.titleLa proximité relationnelle et l'intervention psychosociale à domicile en Centre de santé et de services sociauxfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineTravail socialfr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record