Show simple document record

Other titre : Le fardeau du choix : l'intrigue de mariage dans les romans Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing (1864 ) de Rosanna Leprohon et Maria Chapdelaine (1916 ) de Louis Hémon

dc.contributor.advisorRimstead, Roxannefr
dc.contributor.authorLepitre, Michelle Amyfr
dc.date.accessioned2014-05-15T17:52:00Z
dc.date.available2014-05-15T17:52:00Z
dc.date.created2008fr
dc.date.issued2008fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2566
dc.description.abstractThis study examines how novels that employ a marriage plot can be understood as didactic tales by readers, both personally on the surface level of the romance and on a deeper level as well, one that tackles questions of identity, gender roles and cultural values in ways that are neither simple nor superficial. The two Canadian novels which form the basis of this study are: Rosanna Leprohon's Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing: A Canadian Tale (1864) and Louis Hémon's Maria Chapdelaine: Récit du Canada français (1916). In order to accomplish this study of one English-Canadian and one French-Canadian novel--both written in Quebec--I begin my analysis by briefly examining a particular type of social didacticism in literature, starting with conduct literature and focusing particularly on the genres of the courtesy novel (as an example, I examine Jane Austen's Pride and Prejudice [1813] and how it functions didactically in the tradition of the courtesy novel), sentimental fiction and, finally, the French-Canadian roman de la terre . Since the symbolic messages of Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing, A Canadian Tale and Maria Chapdelaine: Récit du Canada français are very different, it is difficult to compare these works on an allegorical level. Even so, it is possible to compare them on a surface level, in terms of the marriage plot, the character triangle (which includes a heroine, a hero and a counter-hero) and the four-part structure of place (composed of the heroine's home, the counter-hero's home, an establishment representative of society and, finally, nature). By comparing these novels in terms of the marriage plot and the similar literary conventions present in them, my analysis demonstrates how the actions and decisions of the characters in Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing (A Canadian Tale) and Maria Chapdelaine: Récit du Canada français could have helped an observant reader, especially a female reader, cultivate important insights about her own prescribed social role and burden of choice.//Résumé : Le fardeau du choix : L'intrigue du mariage dans les romans Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing (1864 ) de Rosanna Leprohon et Maria Chapdelaine (1916 ) de Louis Hémon. Ce projet analyse le rôle didactique, joue par les romans centrés sur une intrigue de mariage, auprès des lectrices. Ce rôle didactique concerne non seulement le plan personnel (au sens propre de l'intrigue amoureuse), mais aborde aussi des questions de fond telles que l'identité, les rôles sexuels et les valeurs culturelles. Les deux romans canadiens qui sont à la base de cette étude sont : Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing: A Canadian Tale (1864) de Rosanna Leprohon et Maria Chapdelaine: Récit du Canada français (1916) de Louis Hémon. Malgré que, à première vue, ces deux romans ne semblent pas avoir beaucoup de points en commun, les deux sont des ouvrages allégoriques (avec une intrigue de mariage a leur centre) qui peuvent servir comme ressources didactiques pour lectrices attentives en les éduquant sur des sujets sociaux importants relies autant a des idées personnelles que nationales. Pour accomplir cette étude d'un roman canadien-anglais et un roman canadien - français - tous les deux écrits au Québec - je débute mon analyse en examinant rapidement une sorte particulière d'instruction sociale dans la littérature, commençant avec la littérature de conduite sociale et mettant une attention particulière sur les genres du courtesy novel (comme exemple, j 'examine Pride and Prejudice [1813 ] et la manière dont ce roman fonctionne en tant que ressource didactique dans la tradition du roman de courtoisie), la littérature sentimentale et le genre canadien-français du roman de la terre. La littérature de conduite sociale date des temps médiévaux et avait initialement pour objectif d'enseigner aux courtisans les bonnes manières, ainsi que les comportements appropriés compte tenu de leur statut social. Lorsque l'importance de l'aristocratie en Europe a commencé à diminuer au fil des années, le but de ce genre littéraire a changé aussi, s'éloignant des arènes politiques et sociales et en se tournant vers la sphère domestique en général, et, plus particulièrement, vers le rôle de la femme dans cette sphère. Suite à ce changement, la littérature de conduite sociale s'est vue attribuer un nouveau rôle, soit celui d'apprendre aux femmes comment remplir les rôles féminins présents pour elles par la société. Cette évolution a aussi vu la diffusion du matériel de conduite sociale dans d'autres genres littéraires, notamment dans le roman. Au Canada au dix-neuvième siècle, les auteur (e)s canadiens-anglais, en manque d'une tradition littéraire qui leur était propre, luttaient pour se définir en tant qu'écrivain (e)s. Par conséquent, plusieurs d'entre eux se sont tournés vers l'Angleterre et la tradition littéraire britannique déjà bien connue (surtout dans le monde littéraire anglophone) pour trouver des genres et des conventions littéraires qui pouvaient bien s'adapter à leurs expériences et qui les permettaient de partager des messages didactiques avec leurs lectrices. Plusieurs des auteur (e)s qui voulaient éduquer les lectrices en matières politiques et personnelles ont choisi la fiction sentimentale comme outil didactique et ont écrit des ouvrages semblables (en style et en but) aux courtesy novels. La même lutte pour développer une identité et une tradition littéraire a aussi eu lieu au Québec, mais un genre littéraire didactique existait déjà au Canada français : le roman de la terre. Le genre du roman de la terre avait un but didactique très différent de celui de la littérature sentimentale; c’était un genre qui mettait l'accent sur le rôle social des femmes dans le contexte des valeurs approuvées par l'Église catholique et qui était destiné à promouvoir un style de vie agraire et la continuité des valeurs et traditions canadiennes-françaises. Malgré ce fait, les ouvrages qui se classent dans ce genre littéraire ont souvent utilisé des intrigues et des conventions littéraires semblables à celles vues dans les romans de courtoisie et la fiction sentimentale du Canada anglais pour accomplir leurs buts instructifs. Les messages symboliques dans Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing: A Canadian Tale et Maria Chapdelaine: Récit du Canada français sont très différents et, par conséquent, il n'est pas aisé de les comparer sur le plan allégorique. Malgré ce fait, il est possible de les comparer en termes de l'intrigue de mariage, du triangle de personnages (ce qui inclut l'héroïne, le héros et le contre-héros), ainsi qu'en ce qui concerne la structure de lieu en quatre parties (composée de la maison de l'héroïne, la maison du contre-héros, un établissement représentatif de la société et, finalement, la nature). Le mariage entre cultures vécu par Antoinette dans le roman & Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing: A Canadian Tale représente un pas vers un bel avenir, autant sur le plan littéral (pour la protagoniste ) que sur le plan symbolique (pour le Canada) , tandis que dans Maria Chapdelaine: Récit du Canada français, le mariage symbolise un moyen pour Maria (et, en même temps, tout le peuple canadien-français ) de sauvegarder son passé. Dans les romans de Leprohon et Hémon, une héroïne canadienne-française se trouve forcée à choisir entre un prétendant anglais et un prétendant français (et, dans les deux cas, le choix qu'elle fait a des répercussions similaires sur les plans personnel et allégorique du roman). Malgré ceci, une lectrice attentive peut voir qu'en ce qui concerne l'intrigue amoureuse dans les deux romans, le choix personnel de chaque protagoniste est plus complexe qu'il en avait initialement l’air. En examinant Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing, A Canadian Tale et Maria Chapdelaine: Récit du Canada français en fonction de l'intrigue de mariage et les conventions littéraires similaires qui sont présentés dans ces romans, cette analyse démontre comment les actions et les décisions des personnages dans ces ouvrages auraient pu aider une lectrice attentive à réunir des informations importantes, tant sur son rôle féminin présent par la société que sur le fardeau de ses choix personnels .fr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Michelle Amy Lepitrefr
dc.subjectCourtship and Marriagefr
dc.subjectCourtesy Novelfr
dc.subjectEarly Canadian Literaturefr
dc.subjectWomen in Literaturefr
dc.subjectComparative Canadian Literaturefr
dc.subjectHémon, Louisfr
dc.subjectLeprohon, Rosannafr
dc.subjectRoman de la Terre|Mariagefr
dc.subjectRoman de courtoisiefr
dc.subjectLittérature canadiennefr
dc.subjectLes femmes dans la littératurefr
dc.subjectLittérature canadienne comparéefr
dc.subjectMariagefr
dc.titleThe burden of choice : the mariage plot in Rosanna Leprohon's Antoinette De Mirecourt or, secret marrying and secret sorrowing (1864) and Louis Hémon's Maria Chapdelaine (1916)fr
dc.title.alternativeLe fardeau du choix : l'intrigue de mariage dans les romans Antoinette De Mirecourt Or, Secret Marrying and Secret Sorrowing (1864 ) de Rosanna Leprohon et Maria Chapdelaine (1916 ) de Louis Hémonfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineLettres et littératurefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record