Show simple document record

dc.contributor.advisorGravel, Jean-Paulfr
dc.contributor.authorBadiane, Gorafr
dc.date.accessioned2014-05-15T17:51:52Z
dc.date.available2014-05-15T17:51:52Z
dc.date.created2008fr
dc.date.issued2008fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2536
dc.description.abstractL'objectif de cette recherche est, d'une part, de faire l'inventaire et l'analyse des facteurs d'intégration des VRS du Sénégal dans leur collectivité locale respective, identifiés par les populations et les intervenants sociaux, à l'heure où la décentralisation interpelle les populations à la base et, d'autre part, analyser les principales pratiques d'intervention utilisées dans les VRS pour mieux saisir les philosophies qui les sous-tendent et leur impact sur la vie des populations afin de proposer des pistes de changement orientées vers une meilleure intégration des villages privilégiant le développement local, social et communautaire. Pour mener cette étude à caractère exploratoire et qualitatif, trois villages ont été choisis sur la base d'indicateurs d'intégration et avec la collaboration d'"experts"; il s'agit de deux"villages typiques" (Peycouck et Koutal) et d'un"village-témoin" (Sowane). Le choix des participants s'est fait avec la collaboration des chefs de village des villages choisis. Ils ont été sélectionnés à partir de catégories déjà identifiées. Cinq entrevues individuelles semi-dirigées et deux de groupe ont été menées* dans les"villages typiques" et une entrevue de groupe l'a été dans le"village-témoin". L'analyse des résultats met d'abord en évidence les facteurs positifs d'intégration influencés par les progrès de la médecine moderne, les services offerts par les infrastructures communautaires installées dans les villages, le sentiment d'appartenance des jeunes et des femmes et le dynamisme de certains organismes communautaires. Ensuite, le manque d'ouverture des villages, les préjugés, l'ignorance, l'analphabétisme, le manque de formation, le manque d'aménagement des villages et la loi de protection sociale devenue une loi d'exclusion sociale ont été identifiés comme des obstacles majeurs à une meilleure intégration des VRS dans leur collectivité locale. En effet, même si la décentralisation prône l'autonomie des collectivités locales et vise une plus large représentation des populations dans les organes de décision, les VRS sont encore exclus et marginalisés de cette dynamique. Les pratiques sociales identifiées dans les villages depuis leur création ont connu une évolution. Ainsi, les villages sont passés de pratiques d'aide psychosociale et médicale qui coïncident à la période du"top down" aux pratiques de développement local communautaire coïncidant à l'ère du"bottom up" et accompagnant les initiatives locales novatrices. La nouvelle stratégie pour une meilleure participation des VRS dans leur collectivité doit passer par des programmes et politiques d'intégration spécifiques impliquant les conseils ruraux, les populations locales des VRS et les représentants des différentes structures d'intervention des villages.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Gora Badianefr
dc.subjectVillage de reclassement socialfr
dc.subjectVRSfr
dc.subjectLèprefr
dc.subjectIntégration socialefr
dc.subjectExclusion socialefr
dc.subjectDéveloppement socialfr
dc.subjectDéveloppement local communautairefr
dc.subjectDécentralisationfr
dc.titleLa problématique de l'intégration des villages de reclassement social (VRS) du Sénégal dans leur collectivité localefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineTravail socialfr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Serv. soc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record