Show simple document record

dc.contributor.advisorSoutham, Peterfr
dc.contributor.authorSpreter, Véroniquefr
dc.date.accessioned2014-05-15T17:46:44Z
dc.date.available2014-05-15T17:46:44Z
dc.date.created2004fr
dc.date.issued2004fr
dc.identifier.isbn0494003022fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/2417
dc.description.abstractLa fin du deuxième conflit mondial révèle aux yeux du monde les brutalités dont les Juifs européens furent victimes sous le régime nazi ainsi que l'existence des camps de concentration. En 1948, le gouvernement canadien ouvre ses frontières fermées depuis 1923 aux réfugiés et aux immigrants. Dès lors, plusieurs dizaines de milliers de Juifs, dont beaucoup sont des rescapés de l'enfer concentrationnaire, débarquent en quelques années dans le port de Montréal.La ville devient rapidement une des cités accueillant le plus grand nombre de Juifs en Amérique du Nord et le Canada un des cinq pays les plus ouverts envers cette population. En effet, plus de 120 000 Juifs y trouvent refuge en quelques années. Le présent travail, sur la base de trois concepts utilisés comme fil conducteur, la mémoire, l'identité et l'intégration, a pour but d'étudier différents aspects de cette partie de la communauté juive montréalaise, tels que son passé européen, les mouvements antisémites auxquels elle est confrontée au Québec, son statut social, l'intensité de sa vie religieuse ou encore son rapport avec les autres communautés religieuses.--Résumé abrégé par UMI.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Véronique Spreterfr
dc.titleL'immigration juive européenne à Montréal dans les annés d'après-guerre quelle identité, quelle mémoire, quelle intégration?fr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineHistoirefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record